MIYAVI met le feu à LA CIGALE

live report - 24.03.2014 06:00

MIYAVI a offert à son public un incroyable show enflammant La Cigale, Paris.

Le samurai guitariste entre en scène aux alentours de 20h35 devant une foule surexcitée acclamant son maître japonais de la guitare.

C’est sous l’ovation d’un public pour le moins multi-générationnel que résonnent les premières notes de Day 1, titre figurant sur le mini-album Samurai Session vol.1, et avec lequel MIYAVI a choisi de commencer son show, qui durera près de deux heures. Après avoir bien échauffé l'auditoire sur ce premier morceau, l’artiste augmente la cadence avec la chanson Strong, provenant du même opus, durant laquelle il ne cesse de lancer des « jump » à une foule dont les sauts font trembler le parterre de La Cigale.

Lorsque la chanson se termine, le guitariste porte sa main droite à son oreille, réclamant les applaudissements et les cris de son public. MIYAVI prend pour la première fois la parole et démarre son discours par un « Bonsoir Paris, ça va ? Je suis MIYAVI, guitariste japonais » dans un français des plus apprécié par les spectateurs. D’ailleurs, l’artiste n’hésitera pas tout au long du concert à utiliser la langue de Molière pour le plus grand bonheur de ses fans, témoignant ainsi son attachement à la France et à son public français.
MIYAVI récupère par la suite un drapeau français depuis les pieds de la scène. Ce drapeau, signé par les fans dans la file d’attente devant la salle de concert, fait esquisser sur le visage du chanteur un sourire très touchant.
Le guitariste reprend ensuite la parole, cette fois-ci en anglais, pour inviter la foule à passer du bon temps ce soir et présenter son batteur, déjà connu de beaucoup de personnes du public qui en profitent ainsi pour crier son nom, BOBO.

MIYAVI prononce alors l’une de ses phrases favorites « Are you ready to rock ? » ce qui enflamme une nouvelle fois le public qui peut alors reconnaître les premières mesures de Chase It, l’une des pistes du dernier album éponyme de l’artiste, MIYAVI.

MIYAVI s’exprime à nouveau en anglais interpellant les spectateurs : « I have a question, where is Justice ? », annonçant ainsi le titre suivant Justice, lui aussi extrait de son dernier opus. Les riffs et cris du guitariste ainsi que les sauts et hurlements du public font à nouveau trembler et communier La Cigale.

Visiblement décidé à enfiévrer son auditoire pour cette première date de la tournée européenne du Slap The World Tour 2014, le guitariste enchaîne avec la très sensuelle Secret de l’album MIYAVI. L’attitude de l’artiste se fait alors charmeuse et séductrice, à travers notamment la multiplication de sourires ravageurs et de clins d’œil, mais aussi de jeux de langue qui n’ont de toute évidence pas laissé les spectateurs et surtout les spectatrices insensibles…
Un vent de chaleur souffle à ce moment précis sur La Cigale, dans laquelle retentissent les « Tell me your secret » chantés par une foule enivrée.

Une fois la chanson finie, MIYAVI lève ses deux pouces en l’air en signe de satisfaction puis pose sa main droite sur son cœur avant de prononcer quelques mots en français pour le plus grand plaisir de la foule charmée par son accent : « Vous vous amusez bien ? Moi je m’amuse bien ! » ou encore « Vous êtes pas mal ! ». En anglais, il fait part à ses fans de tout l’honneur qu’il ressent de pouvoir jouer à nouveau en France et déclare aimer l’atmosphère de la ville de Paris.
Le duo complice se met alors à jouer Chillin' Chillin' Money Blues extraite de l’album What’s my name, durant laquelle le guitariste offre un solo endiablé et fait chanter la foule à coup de « Say oh ».
Cette ambiance blues se prolonge avec Selfish Love, un titre ancien et phare de la discographie de MIYAVI, présent sur l’album Miyaviuta ~Dokusou~, que les fans de la première heure présents dans le public, tout comme les néophytes, se réjouissent de pouvoir entendre en live.

A la fin de cette chanson, l’artiste se retourne pour se rafraîchir et changer de guitare, mais l'audience ne laisse aucun répis à son samurai guitariste et entame des chants qu’il est courant d’entendre dans les concerts ou les stades français. MIYAVI, surpris, lance un étonné « What is that ? » qui fait rire la foule.
Puis il s’exprime de nouveau en français : « Je veux entendre votre voix plus, c’est super ! ». Il remercie également son public de chanter en japonais. Il en profite alors pour faire dire quelques mots en français à BOBO, qui clame un « Je vous aime » à des spectateurs enchantés d’entendre sa voix et cette déclaration.

La chanson suivante est Please, Please, Please, également tirée de l’album Miyaviuta ~Dokusou~.

Après celle-ci, MIYAVI prend de nouveau la parole, remerciant encore une fois son public en lui disant que sans lui, il ne serait pas là. L’émotion, bien présente depuis le début du concert, est à son comble. D’autant plus que vient le moment sans doute le plus chargé d’émotions de la soirée, lorsque MIYAVI évoque le tsunami du 11 mars 2011 et dédie la chanson Kimi ni Negai wo aux victimes de la catastrophe. Cette chanson aux sonorités mélancoliques, que l’on retrouve sur l’album MYV☆POPS, plonge la foule dans une atmosphère silencieuse et plus lourde, à la fois de recueillement et de communion.
Cet instant de calme et d’émotions se prolonge avec le titre Guard you présent sur le dernier opus, où l’on peut voir un MIYAVI ému, humble et au bord des larmes.
La fureur et le dynamisme habituels de l'artiste ont durant ces deux chansons laissé place à une profonde et sincère sensibilité qui a grandement touché le public de La Cigale.

Mais comme le chanteur l’a déjà évoqué au début de son concert, il est là pour faire passer un agréable moment à son auditoire. C’est au son de Cry Like This, que redémarre l’ambiance de folie qui caractérisait ce spectacle jusqu’à présent. Le chanteur n’hésite pas à solliciter son public à l’accompagner au chant, comme il l’a fait sur tous les morceaux.

Le public assiste par la suite à une « battle » coutumière entre le guitariste et son batteur à laquelle succède le morceau instrumental GANRYU où l’on peut une fois de plus admirer toute la dextérité du musicien.

S’en suit un trio de chansons qui va véritablement embraser La Cigale. Les premiers riffs de Survive retentissent, et MIYAVI comme la foule se déchaînent. Ce titre issu de l’album What’s My Name transporte le public dans une sorte de transe. Le guitariste offre à son public l’un des plus beaux moments de « gratte » de la soirée accompagné de cris propres à son style.
C’est ensuite à la très dansante et ensorcelante Futuristic Love, elle aussi figurant sur l’album What’s My Name, de continuer à électriser la foule.
Ce puissant trio s’achève par Horizon, l’un des titres du dernier opus de l’artiste, qui finit de mettre définitivement le feu à la salle.

Après avoir fait transpirer son public, MIYAVI sort de scène sans un mot. Pendant une dizaine de minutes, le public ne cesse de crier son nom, de taper des mains et des pieds, réclamant le retour du samurai guitariste.
Quand celui-ci fait son retour, il se place au milieu de la scène, la main droite sur le cœur, ferme les yeux et profite de la foule scandant son nom : MIYAVI. Que d’émotions et de satisfaction visibles sur le visage en transpiration de l’artiste, qui a assurément tout donné à son auditoire durant l’heure et demi précédente.
Le chanteur réclame à nouveau une ovation plus que méritée pour son acolyte et batteur BOBO puis lance un « ça va ? » à la foule, après lui avoir précisé qu’il l’avait entendue hurler son nom jusque dans sa loge à l’étage.

Le rappel commence par la très appréciée des fans Subarashikikana Kono Sekai ~What A Wonderful World~, de l’album -Miyavi- THIS IZ THE JAPANESE KABUKI ROCK.
S’en suit un autre extrait du dernier album Ahead Of The Light. Le public agite alors des lightsticks, et continue de danser et de chanter à la demande de MIYAVI et sur le rythme frénétique de sa guitare.
Puis les riffs mythiques de la célèbre What’s My Name ? enflamment une dernière fois La Cigale. Le guitariste ne se lasse pas durant tout le morceau de faire crier son nom par une foule qui elle-même ne se lasse pas de le répéter.

MIYAVI prend ensuite longuement le temps de remercier son public, en profitant également pour prendre quelques photos et vidéos de celui-ci, avant de se retirer définitivement sous les acclamations de la foule.

Le seul petit bémol de la soirée serait un problème de son durant la première partie du concert, où l’on n’entendait que faiblement la voix du chanteur. Ce problème vite réglé, les seuls mots qui nous viennent à l’esprit pour résumer ce live de MIYAVI à La Cigale sont puissant, efficace et inoubliable. On retiendra également l’humilité et la sensibilité dont l’artiste a fait preuve tout au long du concert.
L’immense talent du guitariste et le charisme flamboyant du chanteur sont incontestables. MIYAVI s’est donné entièrement à son public et a fait en sorte que celui-ci se donne entièrement à lui, pour livrer ensemble un incroyable combat dont beaucoup se souviendront. La symbiose entre l’artiste et son public fut parfaite.

Setlist

Day 1
Strong
Chase It
Justice
Secret
Chillin’ Chillin’ money Blues
Selfish Love
Please Please Please
Kimi ni Negai wo
Guard You
Cry Like This
Ganryu
Survive
Futuristic Love
Horizon

Rappel

Subarashikikana Kono Sekai ~What A Wonderful World~
Ahead Of The Light
What’s My Name?
artistes liés
concerts et événements liés
MIYAVI 14/03

MIYAVI
Paris - France
La Cigale
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités