Interview avec GALNERYUS

interview - 24.07.2014 07:00

Avant son entrée sur scène au Covent Garden Studios, GALNERYUS répond aux questions de JaME.

Pour préparer son premier passage en France, GALNERYUS nous a accordé une interview, suivie d'une conférence de presse et d'un showcase complètement déchaîné d'une durée d'une heure. Retour sur la rencontre de ces artistes incroyablement abordables, friands de power metal.


Bonjour, tout d'abord pouvez-vous vous présenter pour les gens qui ne vous connaissent pas ?

YUHKI : YUHKI, je suis claviériste.

SHO : Je suis SHO, je tiens le micro.

Syu : Syu, je suis le guitariste du groupe.

Junichi : Junichi, je suis batteur.

Taka : Taka, basse.

Syu : Taka ne parle pas beaucoup ! (rires)


Nous sommes très heureux de vous accueillir en France, mais pourquoi ces deux dates vers et dans Paris ? La France est un grand pays, vous auriez aussi pu jouer plus au Sud, vers Nîmes et ses arènes qui auraient pu vous plaire !

Syu : Nous avions très envie de venir en France, et nous avons décidé de nous réunir là où nos fans seraient présents. On n'était pas énormément suivis à nos débuts et c'est un problème que beaucoup de groupes de metal connaissent encore maintenant au Japon. On a donc pensé que se limiter à Paris serait parfait pour nos débuts ici. Le but serait de revenir souvent, une fois tous les ans ce serait bien !


Comment vous-êtes vous rencontrés au départ ?

Syu : GALNERYUS a vu le jour en 2001 à Osaka, mais à l'instant il n'y a plus que moi qui suis membre d'origine (rires). YUHKI nous a rejoint très tôt, mais il n'était pas là au début, Junichi aussi est là depuis longtemps. Ensuite, beaucoup sont partis il y a cinq ans. SHO est devenu chanteur il y a cinq ans, il vient de la pop. Il faut savoir que j'écoutais aussi de la pop étant plus jeune, et SHO avait sorti un album plutôt metal que j'écoutais souvent, c'est pour cela aussi qu'on l'a accepté dans GALNERYUS. Taka est le dernier arrivé, pas vrai ?

Taka : ...

Syu : (rires)


En parlant de votre arrivée dans GALNERYUS, SHO, comment était-ce ?

SHO : La pop et le metal sont très différents. D'un point de vue vocal c'est la nuit et le jour, pourraient penser certaines personnes. Pourtant je n'ai pas tout changé, quand je faisais de la pop je me donnais à fond sur scène ! Eh bien pour GALNERYUS, c'est pareil ! La tessiture et la hauteur de voix diffèrent un peu, mais je libère toute mon énergie sur scène comme je le faisais avant d'être accueilli dans le groupe. Et puis c'est moi le plus âgé ici, il faut que je donne l'exemple ! (rires)


Syu, en tant que membre fondateur du groupe, vous avez aussi joué et jouez encore dans d'autres groupes, Animetal et Spinalcord. Est-ce difficile d'insuffler plusieurs identités différentes dans sa musique en étant leader (ndla : de GALNERYUS et Spinalcord) ?

Syu : Je ne pense pas, non. Les gens sont capables de faire plusieurs choses différentes, et ils le font parfois très bien. Je pense que c'est la même chose pour ce que je fais, je joue de façon très mélodique avec GALNERYUS, et de façon plus technique avec Spinalcord. C'est assez varié et on reconnaît bien l'identité de chaque morceau !


Dans le diptyque Ironhearted Flag vous vous êtes amusés en réenregistrant des titres qui remontent plus ou moins loin dans le temps. Est-ce une envie qui vous est venue après avoir repris Owari naki, kono uta dans l'EP Kizuna ? La deuxième compilation introduisait de nouveaux textes sur les chansons que nous connaissions avant. Pourquoi être allés aussi loin ? N'avez-vous pas peur que votre public ne s'y retrouve pas en live ?

Syu : Dans le volume 1 on a enregistré de simples self-covers, j'avoue que c'était ce que nous voulions faire à ce moment. Comme je le disais avant, GALNERYUS a beaucoup changé et nous avions envie de vous faire entendre ce que donnait le GALNERYUS de maintenant sur les chansons d'avant. J'ai le sentiment que tous ensemble, nous avons réussi à former le groupe que nous voulions depuis le départ (il regarde du côté de SHO) et que nous composons maintenant le GALNERYUS définitif.


Une sorte de superband quoi ?

Syu : Pas tout à fait ! Mais nous voulions vous montrer ce que nous valions ensemble. Le deuxième volume, nous l'avons préparé avec beaucoup d'orgueil et nous l'aimons beaucoup pour ça. Nous ne renions pas les chansons d'avant, mais nous avions besoin d'exprimer ces émotions sur de nouveaux textes.


Dans le genre de collaborations que le public pourrait apprécier, en jouant au sein d'Animetal vous avez tourné avec Eizo Sakamoto. Se peut-il qu'un jour, on vous voit à l'affiche d'un coupling tour, même uniquement japonais, GALNERYUS partageant la scène avec Anthem ?

La question est intéressante ! Je ne veux pas vous donner de faux espoirs, c'est très peu probable. Ça serait vraiment super mais il y a peu de chances que cela se produise.


Concernant votre nouvel album Vetelgyus, va-t-on retrouver des surprises dignes de la très progressive Angel of Salvation tirée du dernier album du même nom ?

Syu : Attendez-vous à de bonnes surprises ! On a introduit quelques chansons avec des beats un peu disco, vous verrez. Le metal n'a pas beaucoup de succès au Japon, alors il faut s'adapter. Les rythmiques restent très metal, les mélodies restent, mais c'est un nouveau genre qui donne envie de danser. Angel of Salvation c'était une idée sur le moment : comme on vient un peu tous d'horizons musicaux différents, on a voulu mixer en un morceau les inspirations de chacun. C'était un petit plaisir qu'on s'est fait et si vous l'aimez, alors notre but est atteint !


Avez-vous quelques derniers mots à adresser à vos fans pour demain ?

Syu : Venez nombreux ! On aime beaucoup la France et on jouera avec toute la passion qu'il faudra ! On a hâte de vous voir et de vous montrer ce que vaut GALNERYUS en live !



JaME tient à remercier GALNERYUS, 33degrees Productions pour l'organisation de l'interview, Erika de E-TalentBank pour nous avoir servi d'interprète japonais lors de l'interview et toute l'équipe du Covent Garden Studios pour son accueil.
items liés
artistes liés
concerts et événements liés
GALNERYUS 17/07

GALNERYUS
Eragny - France
Covent Garden
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités