Du rock et du visual kei à Japan Expo

live report - 26.11.2014 06:00

Quatrième journée chargée avec LOKA, NoGoD et A FOR-REAL.

LOKA :

Alors que LOKA est au beau milieu de sa tournée européenne, il débarque à JE 2014 avec un rythme et une entrée sur scène fracassante. Le chanteur Kihiro entre directement dans sa performance. Que ce soit le batteur KEN'ICHI, le bassiste Katsumi ou le guitariste SIN, l’efficacité est tout de suite au rendez-vous. Le public du JE live House honore ce début de concert avec agitation.

Grâce à une maîtrise de la scène, un chant en anglais, un son brut et des musiciens qui donnent tout, la prestation est magnifique. Entre le style SKA et le Metal Raw, cette formation est assez unique en comparaison des autres artistes présents. La voix, sans tomber dans les beuglements, sait tout de même être variée.

Les régies sonore et lumières sont à la hauteur des sauts impressionnants de Kihiro sur scène. Dans cette prestation de quarante-cinq minutes, où le chanteur effectue l’essentiel du spectacle, les musiciens sont forcément plus en retrait, mais les contacts avec le public sont nombreux.

La bestialité de ce groupe exprimée par les multiples cris de Kihiro, mais aussi les nombreux slams dans le public finissent de conquérir le cœur des spectateurs qui en redemandent à la fin des trois quarts d'heure de spectacle décidément trop courts.


NoGoD :

Amateurs de basse lourde et costumes déjantés, NoGoD était là pour vous. Avec son chapeau de forme à plume rouge, le chanteur Dancho promet une bonne heure de spectacle d’entrée de jeu.

Les guitares de Kyrie et Shinno, rapides et clairement audibles, sont assez réussies. Le bassiste Karin offre un jeu simple et clair, c’est un plaisir et ce même si la voix du chanteur fait dans le déjà-vu.

Sur scène, les artistes donnent d’eux-même, en dansant ou encourageant le public, le groupe est content d’être là et le fait savoir, à l’image de la performance du batteur K.

Malgré des riffs de guitares mélodieux, l’audience est d’humeur constante, peut-être ont-ils tout donné pour le précédent concert de LOKA.

Techniquement bons, mais à cause peut-être d’une voix faible dans certains cas, l’ambiance ne parvient pas à réellement décoller. En fin de concert, Dancho poussera les aigus au maximum lors de ses envolées.

In fine, pour un groupe appelé NoGoD jouant avec un micro encapsulé dans une bible, le côté spectacle était là. La formation musicale a cependant manqué d’audace.


A FOR-REAL

Trois artistes montent sur scène, pas un de plus. Trois hippies. Le genre de rock alternatif authentique qui nous a été présenté dépoussière nos oreilles du son prémâché habituel.

La chanteuse Mizuki Shoji est très énergique, dans le genre sauvage indomptable. Son look improbable - tutu rose - renforce cette impression d’expérimentation.

Le guitariste, brillant quant à lui, Naoki Sugiyama, torse nu sous un long manteau de cuir, nous offre le meilleur jeu de la formation musicale : il se veut expérimental et très original, à égalité donc avec la voix et la danse de la chanteuse.

Le batteur de session aura fait de son mieux. Pour nous auditeurs, il faut bien le dire, sur certains passages, la concentration est de mise pour ne pas perdre la mélodie. Néanmoins, nous sommes régalés par les emportements excentriques vocaux de la chanteuse.

La participation avec le public n’est pas négligée, celui-ci étant assez peu démonstratif sauf peut-être lors du lancer de poireaux (oui, le légume). On aura bien senti que cette formation se nourrit de la performance live avec un humour de l’absurde. L’énergie dépensée par les deux protagonistes, le talent du guitariste, le succès quasi inexistant pour une détermination affichée de tout donner sur scène sans faire de concession rend leur entreprise presque tragique.

C’est cependant toujours un plaisir de voir que ce genre d’artistes parvient à venir jusqu’à nous en France.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
themes liés

Japan Expo 2014

publicités