Interview avec moumoon

interview - 09.09.2014 07:00

JaME a eu l'opportunité de s'entretenir avec le groupe moumoon lors de son passage à Japan Expo.

Après un passage remarqué l'an dernier au Tokyo Crazy Kawaii Paris, le duo moumoon revient en France pour l'édition 2014 de Japan Expo, célébrant le quinzième anniversaire de la convention. JaME a eu l'opportunité de s'entretenir avec la formation à l'occasion de cet événement.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

YUKA : Nous nous sommes rencontrés au lycée. C'est un ami qui m'a prêté une démo-tape qu'avait fait MASAKI. Après l'avoir écoutée, j'ai tout de suite voulu le rencontrer.


Qu'avez-vous pensé de votre précédent passage à Paris pour le Tokyo Crazy Kawaii ?

YUKA : C'était au mois de septembre de l'année dernière et nous en gardons un très bon souvenir.


A l'issue de vos showcases à Japan Expo, envisagez-vous de revenir en France pour un concert solo ?

YUKA : Nous n'avons encore rien décidé mais c'est notre rêve de faire une prestation solo en France.


De manière générale, les crédits indiquent KOUSUKE MASAKI à la composition et YUKA aux paroles. Arrive-t-il que l’un d’entre vous vienne en répétition avec une chanson déjà prête ?

YUKA : Cela nous arrive d'écrire des chansons tout seuls, mais en règle générale nous les écrivons ensemble.

MASAKI : Les deux premières années du groupe il nous arrivait de faire des séances d'écriture en studio. YUKA s'installe au piano, moi à la guitare et nous tentons d'écrire une chanson à deux. Mais, par exemple, I say You say I ♥ You a été entièrement écrite et composée par YUKA.


Quelles sont vos influences musicales aussi bien occidentales que japonaises ?

YUKA : Quand j'étais petite, à l'école primaire, j'adorais écouter Oasis.


Vous avez donné votre premier concert en France l'année dernière. Maintenant que vous connaissez un peu le public français, avez-vous adapté votre setlist en favorisant vos morceaux les plus connus ou, au contraire, en gardant un schéma similaire à ce que vous pouvez proposer à votre public au Japon ?

YUKA : C'est vrai que les concerts en France sont différents de ceux au Japon. On essaye de réfléchir à ce que les gens vont aimer mais au final nous ne le savons pas vraiment et ce n'est qu'une fois sur place qu'on constate ce qu'ils aiment ou pas. Mais réfléchir à la setlist et répéter les chansons reste toujours un moment très agréable de la préparation des concerts.


Quelle est votre chanson préférée et pour quelle raison ?

YUKA : Flowers, elle se trouvait sur la démo-tape que m'avait prêtée mon ami. C'est devenu notre première chanson en indé.

MASAKI: Pour ma part, il s'agit de Myself.

YUKA : MASAKI est plutôt introverti, il aime bien écrire de façon très minutieuse et va réfléchir à chaque petit bout, à chaque petite phrase de la chanson, un peu comme un scientifique qui ferait une expérience. Myself correspond vraiment à ce genre de morceaux.


Vous définissez l'album ICE Candy comme un "summer best of". Qu'est-ce que cela signifie ?

YUKA : C'est une sorte de sélection spéciale pour l'été, idéale pour une balade en voiture ou pour se remonter le moral. Nous avons fait une sélection de chansons pop, légères et positives.


La culture nippone est très populaire à l'étranger et nombreuses sont les personnes qui voudraient visiter le Japon. Quelle partie du pays leur conseilleriez-vous de visiter ?

YUKA : Je suis née et j'ai grandi à Tokyo, qui a un peu une image de grande mégalopole suffocante. Il y a des quartiers qui sont plein de vie et animés, comme Harajuku qui est à la pointe de la mode, mais si jamais on prend la peine d'aller plus loin, on peut trouver des endroits comme Meiji-jingū qui est un sanctuaire Shinto ; c'est un endroit calme et reposant. Je pense que c'est une bonne chose qu'il y ait ce genre d'endroits, à la fois des endroits calmes et reposants, ou excitants et plein de vie comme Harajuku.

MASAKI : Pour moi ça serait la ville de Kanazawa.

YUKA: MASAKI a grandi là-bas, c'est un endroit rempli de lieux historiques et les sushis y sont délicieux. (rires)


JaME tient à remercier Japan Expo, avex ainsi que moumoon et son management pour avoir rendu cette interview possible.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
themes liés

Japan Expo 2014

publicités