Interview de Satsuki avant son concert parisien

interview - 15.12.2014 07:00

JaME a eu la chance de rencontrer le chanteur avant son concert parisien le 29 novembre pour discuter de ses liens avec le public, de son nouvel album et de bien plus encore.

Avant son concert à la Java le samedi 29 novembre, JaME a eu le plaisir de s'entretenir avec Satsuki au sujet de ses projets et de sa tournée.

Nous sommes ravis de vous rencontrer, c'est vraiment très gentil de nous accorder cette interview. Quels musiciens vous accompagnent sur cette tournée ?

Satsuki : SANA est le guitariste, je le connais bien car j'ai travaillé l'année dernière avec lui pour la tournée 2013. Le bassiste s'appelle LEONA, il est venu il y a huit ans en tournée avec le groupe Hagakure. Il parle un peu anglais, c'est pour cette raison que je voulais qu'il m'accompagne. Le batteur vient pour la première fois en Europe. Mais au Japon, c'est un de mes amis. Je voulais qu'il m'accompagne.

Vous avez annoncé la sortie d'un opus Squall of emotion, en vente sur la tournée. Pouvez-vous nous en dire quelques mots et quel est le concept de cet album ? Sur votre message sur Facebook, on a pu distinguer une musique dont le son paraissait très électro.

Satsuki : Le concept de cet album est basé sur le ressenti des émotions. Je voulais qu'avec cet opus les émotions des auditeurs se réveillent, qu'ils se sentent apaisés. Par exemple quand la pluie tombe et qu'elle s'arrête tout à coup. En fait, je voudrais que les émotions bouillonnantes des fans s'apaisent d'un seul coup en écoutant ma musique. Je connais bien l'Europe et j'aime beaucoup l'atmosphère qui s'en dégage. Cet album réunit ces deux idées.

Votre concert parisien commence dans quelques minutes, comment vous sentez-vous ?

Satsuki : Nous allons nous amuser ! Ca va être bien !

Quel est votre ressenti face au public européen ? Qu'a t-il de particulier pour vous ?

Satsuki : Ça fait dix ans que je viens en Europe, que ce soit avec RENTRER EN SOI ou en solo, donc je commence à bien connaître le public européen. Il y a dix ans la différence était plus marquée entre le public japonais et européen. Les Japonais ne réagissent pas de la même façon. Mais aujourd'hui, il y a des fans étrangers qui viennent me voir au Japon, et finalement c'est devenu presque la même chose. Je m'y suis habitué.

D'après vos messages laissés sur votre page Facebook, il semblerait que vous soyez en plein enregistrement studio. Préparez-vous la sortie d'un nouvel opus ?

Satsuki : YES ! Je suis bien en préparation d'un nouvel album, avec une partie des chansons écrites en anglais.

Toujours d'après votre page Facebook, nous avons constaté des changements de look capillaire et vestimentaire, cela est-il en lien avec votre évolution musicale et ce nouvel album ?

Satsuki : Oui, il y a bien un lien entre mon évolution visuelle et musicale. Je m'inspire beaucoup des collections de mode parisiennes. Mais cette interview est assez amusante car elle ne reprend pas les questions habituelles, telles que « pourquoi aimez-vous Paris ? » (rires)

Petite question personnelle, quel est votre créateur de mode préféré ? Yves Saint-Laurent ? Jean-Paul Gauthier ?

Satsuki : J'aime Dior ! Et Gucci !

Gucci est une maison italienne. Mais les styles sont approchants.

Votre dernier single, Lily -tsukikage ni miserarete, semble plus sombre que les autres, plus proche de l'univers de RENTRER EN SOI. Que pouvez-vous nous dire à ce propos ?

Satsuki : C'est ce que je suis en ce moment, un peu plus sombre.

Quel message souhaitez-vous adresser à vos fans aujourd'hui ?

Satsuki : Je vous remercie pour votre soutien ! Je viens tous les ans en Europe et il y a toujours beaucoup de gens pour m'accueillir. Même avec mes anciens groupes, il y a des fans qui me suivent depuis très longtemps et je voudrais aussi les remercier. Et comme j'aimerais revenir en Europe, n'hésitez à me soutenir et à faire ma promotion !


JaME tient à remercier Satsuki et Ramen Events pour avoir rendu cette interview possible.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités