SEKAI NO OWARI au Saitama Super Arena

live report - 23.01.2015 06:00

SEKAI NO OWARI a parcouru le Japon entier avec une tournée de stades, dont trois dates consécutives au Saitama Super Arena.

SEKAI NO OWARI a traversé tout le Japon avec une tournée de stades, effectuant trois dates consécutives au Saitama Super Arena, avant de se remettre en route vers la salle suivante. Le groupe de rock passé major en 2011 avec Inori réussit déjà à remplir des stades entiers. Avec la tournée actuelle, Honou to mori no Carnival -Starland hen-, SEKAI NO OWARI laisse le public entrer dans son monde magique. Le 30 avril dernier, environ 15 000 personnes se sont rassemblées à Saitama à l’occasion du dernier concert donné dans ce lieu.

Un arbre géant orné de lumières et de couleurs vives et gaies décore la scène. Sur les côtés, des tuyaux crachent de la fumée. Le hall s’assombrit, les lumières clignotent, et on distingue un son martelé. Une vidéo en concordance avec les bruits est lancée, puis soudain tout s’arrête. On peut entendre du bruit blanc et apercevoir un léger flash, avant que la vidéo ne reprenne son cours. C’est alors que le toit de l’arène se couvre d’étoiles et que la musique d’intro se fait entendre.

Comme par enchantement, les montres données au public à l’entrée s’allument et couvrent ainsi le stade entier de pois lumineux. Les feux éclairant la scène, les membres sont prêts à attaquer leur première chanson : Starlight Parade. Les montres changent de couleur et donnent une autre dimension au titre. L’attention se porte non seulement sur la scène, mais aussi sur le public qui a un rôle à jouer pendant le spectacle. L’effet rendu est à couper le souffle.

Les membres apparaissent sur les écrans et portent tous des vêtements rouges assortis. SAORI joue du piano sur un piédestal en souriant à la caméra pendant que le guitariste 1 se promène sur la scène. Il se tient souvent aux endroits les plus éloignés et interagit beaucoup avec l'audience. DJ LOVE tape dans ses mains, la foule se met rapidement à en faire de même, puis le DJ se concentre à nouveau sur sa table de mixage. Il amuse le public dès qu’il en a l’occasion. PEACE se balade sur la scène, parfois aux côtés du guitariste, mais possède aussi un fauteuil à bascule où il se réfugie parfois pour chanter dans la paix et le calme.

Les douces mélodies du piano de SAORI retentissent dans le stade, suivies de près par le son bien rythmé de DJ LOVE et les riffs de 1 qui font passer à un son plus rock. Avec le chant de PEACE, ils créent un ensemble musical intéressant. L’audience acclame dès que les premiers accords de Love the warz sont joués. Tout à coup, des flammes sont projetées et éclairent la scène qui devient rouge foncé et violette. La chanson est un mélange d’anglais et de japonais et les écrans affichent souvent les paroles avec des sous-titres en japonais. Le chanteur encourage le public à chanter et les voix résonnent à l’unisson. PEACE complimente la foule pour son chant et reçoit une acclamation pour cela, avant de reprendre.

SEKAI NO OWARI surprend le public avec quelques belles techniques. Non seulement ils utilisent les montres pour éclairer le hall entier, mais dans Fantasy et Aoi Taiyou, de l’eau tombe du haut de la scène, tout en formant des motifs et des paroles. Cela surprend d’abord, mais ensuite tout le monde regarde avec un air ébahi. Seibutsugakuteki Gensoukyoku est un morceau rapide et les écrans montrent un jeune garçon sur une bicyclette. Il y avait un retard dans la musique et tout à coup, le courant est coupé, plongeant la salle entière dans le calme et l’obscurité. Une radio s’allume et diffuse des actualités. Finalement, une vidéo dévoilant les membres sous forme de personnages d’animation démarre et on découvre que DJ LOVE n’est pas là. La phrase « Where is the love ? » apparait sur l’écran, ce qui fait rire le public. Les projecteurs s’arrêtent sur une plateforme au-dessus d’un des écrans où DJ LOVE est en train de danser. Il se laisse glisser le long d'un grand poteau pour redescendre sur scène avant de se remettre à danser. Cette fois, sa troupe de danse et lui montrent les pas. Les lumières du stade s’illuminent lorsque DJ LOVE tire un levier et les danseurs quittent la scène.

Le rythme fort et lourd de Death Disco se fait entendre, les fans tapent dans leurs mains avec la musique. Des motifs colorés sont projetés sur l’arbre et les écrans montrent les musiciens. Au moment où PEACE prononce « Question », de l’eau tombe en faisant apparaitre de nouveaux motifs en forme de points d’interrogation. Les effets sont spectaculaires et s’accordent parfaitement avec la chanson. Pour chaque titre joué, le groupe sait comment utiliser les effets visuels pour le rendre encore plus époustouflant. SEKAI NO OWARI fait aussi preuve de variété avec les instruments : 1 joue un peu de batterie et du gong pendant quelques chansons, comme dans PierrotSAORI remplace la guitare par de l’accordéon, ajoutant un côté léger et enjoué au morceau.

L’atmosphère joyeuse fait place à Gingagai no Akumu dont la dimension est sombre et pesante, donnant la chair de poule à l’audience. L’animation accentue cet effet : la chanson est bien menée et laisse la foule silencieuse et impressionnée. SEKAI NO OWARI sait très bien gérer les morceaux et leur donner de l’impact. C’est ce qu’il fait également avec Fukai Mori, qui commence avec une douce mélodie jouée à merveille au piano par SAORI, avant que le reste du groupe ne le rejoigne en jouant leurs parties respectives. On aurait envie de danser sur Fukai Mori. Toutefois les paroles sont sombres et profondes, contrastant avec les mélodies joyeuses du piano et le solo enjoué de 1.

L’encore s’ouvre avec des flashs, des éclairs et de la pluie battante, puis le groupe entame Honoo to Mori no Carnival. Un court MC s’intercale entre les chansons, les membres y racontent comment ils ont fait leurs débuts dans des salles de concerts avant de jouer maintenant dans des stades. Peu après, des serviettes sont brandies en l’air et même DJ LOVE fait tourner la sienne. PEACE quitte la scène pour rejoindre le hall et se balader en serrant la main de fans ravis de pouvoir le toucher. Le guitariste bondit lui aussi hors de scène et rejoint PEACE un petit moment avant qu’ils ne retournent tous deux sur l'estrade. Ils terminent la setlist avec Instant Radio. Un canon projette des rubans de confettis sur le public et la scène se remplit de bulles. Les montres clignotent et changent aléatoirement de couleur alors que la foule tape dans ses mains en rythme.

Le groupe remercie les fans et prend le temps de faire des signes d’au revoir à la foule. Le concert a duré plus de deux heures, la formation a tout donné et a joué une grande variété de chansons. Des morceaux mélancoliques, doux, électroniques ou encore d’autres qui donnent envie de danser, les fans sont passés d’émotion en émotion au rythme de la setlist. Le spectacle était magique et a montré différentes facettes du groupe. Grâce à tous les effets qu’ils ont utilisé, les membres ont profité au maximum du fait de jouer dans un stade, ne cessant d’étonner le public.

La tournée de stades entièrement complète a commencé le 12 avril et s’est terminée le 21 juin.


Setlist :

1. Starlight Parade
2. Nemuri Hime
3. Love the warz
4. Nijiiro no Sensou
MC
5. Fantasy
6. Katyo Fugetsu
7. Snow Magic Fantasy
8. Seibutsugakuteki Gensoukyoku
9. Death Disco
MC
10. Aoi Taiyou
11. Pierrot
12. Gingagai no Akumu
13. Maboroshi no Inochi
MC
14. yume
15. RPG
16. Fukai Mori

Encore
17. Honoo to Mori no Carnival
MC
18. Fight Music
19. Instant Radio
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités