Final de la tournée “REVERIES” de MORRIE au Tokyo Kinema Club.

live report - 17.03.2015 06:00

L’icône rock MORRIE célébrait la sortie de son nouvel album solo avec 600 fans au Tokyo Kinema Club.

Le légendaire rocker japonais a sorti son nouvel album solo HARD CORE REVERIE le 25 décembre, vingt ans après son troisième album Kage no kuouen. Quelques chansons ont été créées en collaboration avec SUGIZO de LUNA SEA à la guitare.

MORRIE s'est produit dans trois villes pour promouvoir son nouvel opus, commençant par Nagoya le 23 novembre et terminant par Tokyo. Le final de la tournée s’est tenu au Tokyo Kinema Club, un exotique et nostalgique théâtre d’opéra. Sombre, décadent, érotique et plein de vie, MORRIE guide 600 fans dans les profondeurs de son existence.

Une lumière bleue éclaire faiblement la scène du théâtre, laquelle possède une mezzanine sur la gauche. Les musiciens apparaissent un par un, silencieusement concentrés. Hiroshi Sasabuchi est à la batterie, suivi par FIRE à la basse, Takeyuki Hatano aux claviers, Yutaka Aoki à la guitare et enfin yukarie au saxophone. Tous ont participé à l'enregistrement du nouvel album. Puis entre Heather Paauwe, violoniste et muse, mariée à MORRIE. La forte ovation est interrompue momentanément par une atmosphère solennelle quand MORRIE, comme toujours vêtu de noir, apparaît.

Le concert commence avec COSMO no nakani , un portrait musical de son désir. Néanmoins, quand MORRIE prend sa guitare électrique, il brise le calme grâce à des riffs couplés aux rythmes de la batterie en arrière-plan. Le morceau Paradox change totalement l'atmosphère. La basse lancinante, palpitante et le puissant saxophone font bouger la foule, tandis que la mélodie du violon ajoute une nuance progressive à la chanson. Le chant glamour de MORRIE donne une touche sensuelle au morceau. Le ton du titre est rehaussé par le solo délirant de yukarie.

MORRIE salue ses fans : « Bienvenue ! Mon premier album en vingt ans est enfin sorti. Je vais jouer plusieurs de ses chansons maintenant. Profitez-en, s'il vous plaît ! » Brisant les limites du néant, de la vie et de la mort, du vrai et du faux, de l'amour et de la peine, MORRIE commence à projeter ses rêveries pendant que sa muse, tout en noir, joue avec bienveillance derrière lui. Sa voix sèche, combinée au son lent et grinçant de la guitare acoustique, développe ses âpres états d'âme. Dust Devil alterne entre lenteur et intensité, jusqu'à ce que la césure rapide de la guitare amène la chanson à son point critique. La beauté de son fausset est à son paroxysme sur le septième morceau Haru Kurue, offrant aux fans une envoûtante douceur, proche du nihilisme. Le chanteur monte les escaliers de la mezzanine, se montrant alors sensuel et érotique pendant Chrysis.

Absorbé par la lumière blanche du projecteur, MORRIE se déhanche au rythme de la chanson et éblouit le public par un chant exécuté avec mélancolie. Parfois comme une ombre, parfois comme la lumière, la gracieuse mélodie du violon de Heather Pauuwe suit le chanteur, transcendant les frontières durant Unchained . Heather et MORRIE se sourient de temps en temps. Kill me Beautiful, la chanson de clôture de l'album, à la fois impitoyable et chaleureuse, résonne presque comme une chanson d'amour.

Toutefois, l'ambiance du concert reste enjouée jusqu'à la fin. Le sensuel et énergique morceau funk, SEX Setsudan, débute. Le saxophone de yukarie prend toute la scène. Associé à la reprise en chœur du refrain par Heather, la chanson devient plus excitante encore. La voix profonde de MORRIE et la basse de FIRE éveillent la luxure du public. En réponse, il chante en chœur avec les deux femmes sur scène. La salle entière saute et brandit les poings durant tout le morceau rock'n’roll Inu. Sur Memai wo aishie yume no o miyo, les musiciens exécutent librement et à tour de rôle leur solo, au signal de MORRIE. Une frénétique célébration de la vie et des rêveries conclue le show.

Deux rappels parachèvent le concert. Pour le premier, MORRIE joue la première chanson de son nouvel album, Prologue : Go Under. Il montre un autre de ses styles, une combinaison de grognements gores et d’un fausset céleste, qu'il utilise souvent avec ses autres formations. MORRIE headbangue au rythme des fracas de la batterie, soutenus par les riffs agressifs de la guitare d'Aoki et la basse de FIRE. Pendant cette nouvelle chanson, les fans agitent les bras en l’air en signe d’approbation.

Pendant le second encore, MORRIE prend le temps de parler à son public : « Merci d’être venus aujourd’hui. Écoutez mon dernier album. Ce sera une très belle berceuse pour vos soirs d’hiver. J’aime beaucoup ce lieu, donc je pense que je fêterai mon anniversaire le 4 mars prochain de nouveau ici. J’inviterais peut-être Kiyoharu aussi. » Des acclamations suivent immédiatement son annonce. Ensuite, MORRIE présente à l’assistance une exceptionnelle, franche et entraînante chanson d’amour, Anohito ni au. Il termine son concert avec le morceau Kokodewanaidokoka . Une fois encore, ses états d’âme désertiques s’emparent de la scène. De façon assez incroyable, il réussit très naturellement, presque avec douceur, à chanter des paroles troublantes. MORRIE conclut par un dernier adieu. « Merci. A l’année prochaine ».


Set List:

01. Cosmos no nakani
02. Paradox
03. Saru no yume
04. Panic no Me
05. Dust Devil
06. Sign
07. Haru kurue
08. Chrysis
09. Disquieting Muse
10. Goodnight Reverie
11. Unchained
12. Riding The Night
13. Killing Me Beautiful
14. Kanki e
15. SEX setsudan
16. Mahiru no youran
17. Inu
18. Hakaishiyou
19. Farce yo towa ni
20. Memai wo aishite yume o miyo

Encore 1
21. Go Under
22. Nagamenoii anata

Encore 2
23. Anohito ni au
24. Yume utsutsu
25. Kokodewanaidokoka


HMV prend les commandes internationales de HARD CORE REVERIE. Vous pouvez vous procurer l'édition spéciale ici.

Les vidéos promotionnelles de HARD CORE REVERIE peuvent être regardées ci-dessous :



items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités