Live report ADAMS au Klub de Paris

live report - 04.05.2015 09:00

"SEXPLOSION" : un titre d'album et de tournée ambitieux. Pari gagné ?

C'est en ce dimanche 22 mars, que le sulfureux duo ADAMS a donné une nouvelle fois rendez-vous à ses fans français lors de son ambitieux SEXPLOSION TOUR.

Une cinquantaine de personnes se presse devant la petite scène du Klub où le concert prend place dans une ambiance des plus intimistes. Les deux artistes font leur entrée alors que les premières notes de LOVE ME retentissent. Tirée du dernier album SEXPLOSION, la chanson a clairement des accents électro qui assurent une bonne entrée en matière. Les fans dansent au rythme des beats puissants. Les deux morceaux suivants continuent sur la même lancée : l'ambiance est dansante, portée par la musique électro et le duo vocal. Le changement de cap amorcé avec ce dernier opus semble prometteur.
Le premier MC de la soirée permet à ADAMS d'exprimer sa joie d'être de retour sur la scène parisienne.

Le duo ne s'éternise pas et la mélodie de Kissin’ in the Dark se fait entendre. Premier morceau à ne pas être tiré du dernier opus du duo, c'est aussi sur ce titre que les premiers rapprochements significatifs auront lieu. L'ambiance se fait plus sensuelles alors que les beats électro sont remplacés par des riffs de guitare plus prononcés. Le fan-service fait son effet auprès des fans alors que Shota décide de lécher longuement le lobe de l'oreille d'ADAM. Érotique ? A vous de juger.
Cette ambiance plus rock se confirme avec Dizzy Love, titre phare du duo qui prouve une fois de plus son efficacité en live par son rythme simple mais entrainant.
Pendant le deuxième MC, Shota en profite pour lâcher un « I'm feeling good », suivi de quelques notes de guitare sous les applaudissements des fans.

Le duo enchaîne avec Sasayaki, titre nettement moins intéressant que les précédents. L'introduction sympathique rehaussée par une guitare saturée laisse vite place à un rythme trop lancinant et à un refrain fade. Il ne sera malheureusement pas rattrapé par Go qui s'ensuit. A nouveau, l'intro accrocheuse à la batterie est littéralement gâchée par un chant rappé qui ne colle pas à la première impression et par un refrain aux airs de J-pop à la limite de la niaiserie. Rock, rap, pop ? La chanson ne semble avoir aucune cohérence et ennuie très vite l'auditeur. C'est l'énergie dégagée par le duo sur scène qui sauve la mise.

Avec GAME SET, on retrouve la fibre électro chère au cœur d'ADAMS sur son dernier album. Le titre sera cependant mis à mal par un problème technique qui vient interrompre brusquement la musique. Ce MC forcé donnera l'occasion aux artistes de s'entretenir plus longuement avec leur public. On apprendra ainsi qu'ADAM aime Paris parce qu'il y a de jolies filles et qu'il a l'impression que la Tour Eiffel est en chocolat. Shota ne se privera pas de préciser que le chanteur serait d'ailleurs bien capable de la dévorer entièrement ! Le duo se retrouve rapidement à cours d'inspiration pour tenir son public en haleine alors que le problème ne semble pas vouloir se résoudre... On soulignera le professionnalisme du staff de HIGHFEEL qui n’hésite pas à donner de sa personne pour les sauver de l’embarras. C'est ainsi qu'Aurélie se retrouve sur scène pour faire chanter, de façon assez surréaliste mais dans une ambiance bon enfant appréciable, « A la pêche aux moules » ! Le public se prend au jeu avant que le problème technique ne se résolve enfin.

Après un deuxième GAME SET, ADAMS enchaîne avec WOLF, morceau énergique qui confirme que le public est bien toujours au rendez-vous.
Les notes suivantes laissent entrevoir LA bonne surprise de la soirée. En effet, c'est sans mal que l'on reconnaît le titre Sweet Dreams (are made of this) de Eurythmics. Sans être exceptionnelle, la reprise a le mérite de faire découvrir une nouvelle facette du duo, de plonger la scène dans une ambiance inédite, terriblement pesante et décadente, et de faire chanter toute la salle. L'effort est à saluer et l'initiative à renouveler.
On continue dans le bon goût avec seseragi, une chanson bien connue des fans qui n'hésitent pas à reprendre le refrain à l'unisson. Le solo de guitare est lui aussi intéressant et permet à Shota de capter toute la lumière de la scène. La bonne humeur est de retour et se poursuit avec Akisame. Pop-rock, un peu naïf, presque simpliste, mais l'ensemble reste sympathique... pour peu que ça ne dure pas trop longtemps ! Heureusement, ADAMS nous a habitué aux chansons courtes et l'on enchaîne rapidement avec Boku no sei. Première et unique ballade de la soirée, elle fera l'effet d'un véritable bol d'air frais. La foule se balance doucement au rythme lent du morceau. Les notes de guitare de Shota achèvent le titre dans une ambiance de quasi-recueillement.

ADAMS prévient ensuite son audience que ce seront les « last two songs ». L'ambiance redevient rock avec ROMANCE et Sweet Dreams qui déclenchent quelques headbangs et prouvent une fois de plus la dévotion du public pour le duo. Le fan-service et les cris hystériques font aussi leur retour alors que les deux chanteurs décident de partager le même micro. C'est sous les applaudissements et les sourires que le duo quittera la scène.

ADAMS est très vite de retour pour interpréter le gentillet YOAKEMAE suivit de Fly through the sky. C'est assez mielleux mais ça a le mérite d'être dansant et de permettre aux fans d'échanger de francs sourires avec leurs idoles. Les artistes remercient à nouveau leurs auditeurs avant de quitter la scène une seconde fois... pour mieux revenir on s'en doute !
Le second rappel emmènera avec lui la dernière, dernière de chez dernière, chanson de la soirée. Le rythme est entrainant. Le public saute sous les injonctions de Shota, chacun sentant la fin proche. Les dernières notes laissent retentir les applaudissements fournis de la foule et un « See you soon ! » du duo qui quitte aussitôt la scène... Dommage, la sortie est un peu brusque et aurait mérité de durer quelques minutes de plus.

Ce sont donc deux heures de concert mitigé qu'a offert ADAMS à son public français. Le point fort du duo est incontestablement la variété des styles et des ambiances qu'il est capable de créer sur scène, le tout ponctué par les grimaces et la bouche ouverte d'ADAM. Dommage que parfois on passe du meilleur au pire. Dommage aussi que la complicité entre les deux artistes ne soit pas plus présente, et nous ne parlons pas là des fan-services dépourvus de spontanéité. Il n'en reste pas moins vrai qu'on passe un bon moment avec ADAMS et que le duo sait offrir à ses fans une soirée sympathique. A chacun ensuite de décider s'il souhaitera renouveler l'expérience ou non. A ne pas douter que le duo saura nous réserver d'autres surprises à l'avenir.


Setlist :

LOVE ME
HERO -Dear Eves my precious broken piece-
blind
Kissin’ in the Dark
Dizzy Love
Sasayaki
Go
GAME SET
Wolf
Sweet Dreams (are made of this) [Cover]
Seseragi
Akisame
Boku no Sei
ROMANCE
Sweet Dreams

-Encore 1-
YOAKEMAE
Fly through the sky

-Encore 2-
ONE AND ONLY
artistes liés
concerts et événements liés
ADAMS 22/03

ADAMS
Paris - France
Klub
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités