Live Report du concert de KAMIJO au Divan du Monde le 8 mars

live report - 05.04.2015 06:00

Après un premier succès et pour son deuxième concert solo parisien, KAMIJO s'est produit au Divan du monde le 8 mars.

C'est en ce dimanche 8 mars que notre illustre vampire japonais s'est produit pour la deuxième fois en solo au Divan du monde, neuf mois après sa première prestation. Déjà fort d'un premier succès, KAMIJO arrivera-t-il, une nouvelle fois, à enflammer ses fans ? 
Arrivé devant la salle, chose surprenante, la file d'attente est déjà rentrée. Une fois à l'intérieur, le constat est simple : le Divan du monde est rempli. Le public fait honneur à son idole en cosplayant ses tenues sur toutes les périodes de sa carrière. La joyeuse foule discute et s'agite en attendant KAMIJO, avec à la main des roses bleues, blanches et rouges.

Vingt heures, les rideaux de la scène bougent et laissent entrevoir les préparatifs du concert. Les fans scandent le nom du chanteur. Après les tests son, un membre du staff prend la parole et présente l'artiste. Quelques secondes plus tard, Vive le roi commence. Les spectateurs hurlent en cœur cette litanie, pendant que les musiciens entrent sur scène. Tête bien connue et très attendue par les fans de Versailles, MASASHI ouvre le bal, suivi de Meku le guitariste. C'est le batteur, Maoki, qui ferme la marche. Les trois musiciens mettent l'ambiance dans la salle en faisant de belles cornes de bouc. Le concert s'annonce très rock. La température monte de quelques degrés quand enfin KAMIJO entre en scène sous les hourras de la salle.

Dès le début de Presto, KAMIJO headbangue furieusement, imité par les fans en délire. Derrière lui, les lumières changent et s'accordent avec les deux lustres suspendus de part et d'autre de la scène. Tournoyant et étincelant de paillette, le chanteur fait bouger son public et se penche vers lui pour le faire chanter. Sans transition, Sacrifice of Allegro commence et transporte la salle en plein cœur de la royauté française. Le public rend à KAMIJO tout son enthousiasme. Dans un cri, le musicien scande « I love France ! ». Tournant le dos au public, KAMIJO, laisse MASASHI exécuter son excellent solo de basse. Les fans l'acclament comme des fous et s’agitent au rythme des cordes frappées.

Les bras de l'assistance fendent l'air sous l’œil averti et le sourire irrésistible de KAMIJO lors de la chanson Royal tercet. Avec les morceaux de son premier album Symphony of the Vampire, et grâce aux images en arrière-plan, l'artiste et ses musiciens nous emmènent dans un Versailles peuplé de fantômes et de vampires nobles valsant au rythme de Sonata. Durant Throne, KAMIJO, toujours aussi complice avec ses musiciens, fait tour à tour une accolade à MASASHI et Meku. Il n'oublie pas non plus de faire hurler le public sous les riffs endiablés du solo de guitare de Meku.

Sur l'écran passent des images de Lareine, de New Sodmy et enfin de Versailles. Un bel hommage est rendu au défunt bassiste Jasmine You. Après être sorti quelques instants, KAMIJO revient sur scène et entame de sa belle voix les premières notes de Masquerade, suivi de Shout and bite, pour le plus grand plaisir des inconditionnels de Versailles. KAMIJO, tel un mannequin, se déplace, se penche vers la fosse et dans un soubresaut de paillettes, encourage la foule à brandir les poings en l'air et à frapper des mains. Le tout est rythmé par le solo de batterie très énergique de Maoki. De sa belle main, KAMIJO envoie à l'assistance un aristocratique baiser. Il crie dans la langue de Molière « Vive la France ! » et se présente « Je suis KAMIJO de Versailles, ici je suis chez moi ! ON Y VA ! C'est parti ! ».

Après la chanson de Lareine, Fuyu Tokyo, l'univers de la salle s'adoucit. KAMIJO offre un joli moment de douceur avec la ballade Romantique accompagnée par la douce guitare de Meku. On imagine sans peine que beaucoup se voient, à ce moment, dans un tête-à-tête romantique avec KAMIJO et ses musiciens. Puis, toujours dans un français un peu balbutiant mais très souriant, il propose à la foule de faire le salut militaire au rythme de Death parade. Amusés, musiciens et public s'exécutent avec bonne humeur. Très énergique, le chanteur remercie plusieurs fois les fans et s'exclame « La France est magique ! ».
Après Ascended master, KAMIJO annonce la dernière chanson Louis〜Enketsu no la Vie en Rose〜, tout en saluant la salle, main sur le cœur. Il récupère une rose des mains d'une fan et la hume sous les hourras des autres spectateurs. Les écrans continuent à diffuser des images de sa carrière, alors que MASASHI et Meku exécutent leurs solos, concentrés. C'est à cappella que la voix profonde de KAMIJO porte le refrain « La vie en rose ». Ce dernier est repris par la salle, avec intensité. Sous une belle lumière bleue, il envoie un autre baiser à l'assistance. Avant de se retirer, il lance avec force « MERCI LA FRANCE ! MERCI BEAUCOUP ! »

Pendant cet intermède, nul ne croit à la fin du concert. Le public hurle « Encore ! Vive le roi ! ». A la grande joie de tous, KAMIJO et ses musiciens réapparaissent. L'artiste se saisit d'un drapeau français brodé de la date et du nom de la tournée. Ému, KAMIJO le pose bien en évidence sur la batterie de Maoki. Il crie alors au public « Let's singing ! Bastille ! ». Tous se souviennent que l’année dernière, le chanteur, via son Facebook, avait demandé d'apprendre les paroles du refrain de Bastille. Ce souvenir est encore vif car la foule hurle en cœur « Destroy the Bastille !!!». Tous les musiciens secouent la tête en rythme avec les beats musclés de la batterie de Maoki. Le puissant chant de KAMIJO, combiné aux riffs agressifs de la guitare de Meku, transcrivent les sonorités violentes de la chanson. Puis, plus douce, l'ambiance de Tsuioku no mon amour remplit la salle. L'artiste remercie très chaleureusement le public français et sort de scène, suivi par ses musiciens.

Toutefois, l'obscurité règne toujours dans la salle, le royal vampire est ovationné et rappelé. Appel entendu, puisque KAMIJO revient et serre quelques mains au passage. Très gentiment mais avec difficulté, il essaie de faire passer un message à la foule. Il balbutie ces quelques mots « Je vous pro… pro… ». Riant de lui-même, KAMIJO parvient à se faire comprendre, « Je promets de revenir en France » et continue par « Vous en voulez encore ?! Vous voulez danser avec moi ?! ». Sous les affirmations enthousiastes du public, Moulin rouge commence. KAMIJO danse et sa tenue pailletée s’agite autour de lui. Dans le même temps, Meku et MASASHI jouent côte à côte. L’assistance, grâce aux jeux de lumière rouge et blanc et au somptueux jeu de basse de MASASHI, est transportée dans l’univers débridé et décadent des cabarets des années folles. Après de multiples headbangs et bras secoués en l’air pendant Aristocrate symphony, le chanteur essaie de monter sur l’ampli, mais plate-forme shoes obligent, l’exercice s’avère périlleux. C’est donc depuis la scène que KAMIJO encourage ses fans.

La fin du concert est proche, l’illustre artiste crie, par-dessus les riffs de la guitare et les beats de la batterie, « PARIS ! MERCI ! ». MASASHI fait toucher sa basse au public, alors que KAMIJO déclare sa flamme aux fans français par un « Je vous aime ! ». Pour prouver ses dires, il donne l’accolade à tout sous camarades. Après cela, les quatre complices saluent la salle main dans la main sous les hourras et les applaudissements. Les fans sont tellement émerveillés, que lorsque MASASHI se penche pour serrer quelques mains, ce dernier est happé dans la fosse. Plus de peur que de mal, mais sans le concours de KAMIJO qui l’aide à remonter sur scène, le bassiste aurait pu se retrouver dénudé. Ce qui vraisemblablement, aurait été au goût de l’assistance. Après un petit câlin de réconfort et des saluts enthousiastes, les trois musiciens se retirent. Seul, et encore très ému, KAMIJO s’agenouille tel un prince, et déclare « Je vous promets de revenir, PROMESS ! ». Il remercie encore une fois très chaleureusement son public puis sort de scène sous une belle ovation.

Après plus de deux heures de show, KAMIJO a emmené le Divan du Monde en voyage dans son univers vampirique mêlant dynamisme, complicité, douceur et décadence. Qualité, humour, émotion et bonne humeur étaient au rendez-vous. Pari tenu pour KAMIJO, le concert était exceptionnel. A quand le prochain ?


Set list

Vive le roi
Presto
Sacrifice of Allegro
Royal Tercet
Dying Table
Sonata
Adagio of the moonlight
Throne
Masquerade
Shout and bites
Fuyu Tokyo
Romantique
Death parade
Fiançailles
Ascendead master
Louis

Encore 1
Bastille
Tsuioku no mon amour

Encore 2
Moulin rouge
Aristocrat symphony
items liés
artistes liés
concerts et événements liés
KAMIJO 08/03

KAMIJO
Paris - France
Le Divan du Monde
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités