Live report GANGLION au Glaz'Art

live report - 22.07.2015 07:00

Retour sur le concert parisien du groupe de visual kei féminin GANGLION. Au programme, énergie, sourires et bonne humeur !

C'est en ce début d'avril que le public parisien est venu découvrir le groupe de visual kei GANGLION. Après deux premières parties plutôt ennuyeuses, les demoiselles font enfin leur entrée sur scène sous les cris de la foule. Vêtu de tenues mélangeant style rock et motifs traditionnels japonais, le quatuor débute immédiatement avec un titre tout récent, DISTANCE. Le rythme entrainant de la chanson est une bonne entrée en matière qui permet au public de se mettre dans le bain dès le départ.

Avant de poursuivre, la chanteuse oni lance : « Bonjour la France, nous sommes GANGLION ! » dans un grand sourire. Deux autres morceaux suivront, tout aussi énergiques. A noter les adorables mouvements de tête de la bassiste ebi pour suivre les balancements de bras de la foule. Les headbangs amorcés par les musiciennes sont repris sans hésitation par les auditeurs qui ne cachent pas leur joie de les voir sur scène.
Le premier MC de la soirée permet aux jeunes femmes de se présenter plus longuement. « France, Paris, GANGLION desu », annonce oni, avant de poursuivre : « Nous sommes venues du Japon. Heureuse de vous connaître. » Chaque phrase est suivie des applaudissements et des acclamations de la foule.

Puis le groupe reprend la setlist avec énergie. La température monte enfin dans la salle alors que les titres entrainants s'enchainent. On appréciera le sourire quasi constant de la chanteuse et l'énergie débordante de la bassiste, qui malgré ses airs de sage poupée nippone n'hésite pas à headbanguer et à sauter joyeusement. La guitariste sagara n'est pas en reste, et nous offre à plusieurs reprises de jolis solos bien maitrisés, sans oublier la batteuse vivi, qui ne cesse de battre furieusement ses tambours, le sourire aux lèvres. oni réussit à alterner entre chant et guitare avec dextérité, offrant à la salle un duo de guitare harmonieux aux côtés de sagara. La complicité entre les musiciennes fait plaisir à voir.

Surprenant le public, oni entame ensuite les paroles de l'Hymne à l'amour d'Edith Piaf. Petit clin d’œil à la France, l'initiative est à saluer, les auditeurs n'hésitant pas longtemps à reprendre les paroles en cœur. Les musiciennes se joignent ensuite à oni pour offrir à l'audience une reprise plus rock du morceau, chanté en japonais cette fois. C'est ensuite l'occasion pour les membres de se présenter une à une, chacune en profitant pour jouer un solo de son instrument. L'occasion aussi pour le public de souhaiter un joyeux anniversaire à sagara.

La setlist reprend ensuite de plus belle, l'heure pour le concert d'atteindre son paroxysme. Le groupe et son public se lâchent, les poings se lèvent sous les cris de l'audience. Avec loser, les mouvements de tête réguliers des musiciennes et leurs sourires poussent la foule à donner le meilleur d'elle-même. sagara n'hésite pas à se rapprocher de l'avant de la scène pour aller chercher au plus près ses fans. Les headbangs s'enchainent alors que la scène rougeoie de fureur. On notera la maitrise vocale d'oni, dont le timbre chaud la démarque de la plupart des autres chanteuses nippones.

Le concert se conclu sur les notes de tonight, morceau parfaitement taillé pour la scène. Titre très dansant, il permet au public de danser une dernière fois aux côtés des musiciennes, qui ne cachent pas leur plaisir et leur amusement. Les sourires ne quittent plus les visages et chacun profite des dernières minutes qui s'égrennent à une vitesse folle. Les bras levés, la foule reprend en cœur le refrain. La chanson se termine bien trop vite et le groupe remercie pour la centième fois son public. Les derniers sourires sont échangés avant que les musiciennes ne quittent la scène. A noter l'empressement des éclairagistes de conclure la soirée, obligeant sagara et ebi a lancer leurs derniers médiators dans la pénombre.

Ainsi, malgré deux premiers groupes trop fades, une attente interminable et un concert qui n'aura finalement duré qu'une petite heure, GANGLION aura su redonner des couleurs à cette soirée. Chaleureuses, souriantes, énergiques, professionnelles... les éloges ne manquent pas pour qualifier ce groupe de visual kei qui n'a pas à rougir face à ses concurrents masculins. En espérant les revoir le plus vite possible sur nos terres, avec cette fois-ci un concert à elles seules qu'elles sauront, à coup sûr, assurer de bout en bout.
artistes liés
concerts et événements liés
GANGLION 04/04

GANGLION
Paris - France
Glaz'Art
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités