Conférence de presse avec girugamesh à Mexico

interview - 09.12.2015 06:00

girugamesh a rencontré la presse pour parler de différences culturelles, de ses impressions sur le Mexique et de sous-vêtements.

Quelques heures seulement après leur arrivée sur le sol mexicain, les membres de girugamesh donnaient une conférence de presse à Mexico, y abordant les différences culturelles, leurs impressions sur la ville, et discutant de sous-vêtements à grands renforts d’éclats de rires.


Bienvenue ! Que représente pour vous le fait de jouer à Mexico ?

ShuU : C’est la première fois que nous jouons en Amérique du Sud donc c’est un heureux évènement. Savoir que les fans nous attendaient représente tout pour nous.


Qu’allons-nous découvrir pendant ce concert ? Entendrons-nous quelque chose de nouveau ?

Яyo : Ce sera une combinaison équilibrée car nous voulons montrer l’ancien comme le nouveau pour notre première fois ici.


Si vous deviez choisir une chanson pour présenter le groupe à quelqu’un qui ne vous connait pas, laquelle serait-ce ?

Яyo : Vu le nombre de fois qu’elle a été vue sur YouTube, je dirais que Break Down serait la plus représentative. Bien que INCOMPLETE soit aussi populaire.


Quelles sont vos premières impressions du Mexique par rapport à l’idée que vous vous en faisiez ?

ShuU : Les gens sont très beaux. De fait, je crois que ça va vraiment être un bon concert. (rires)


Qu’attendez-vous de vos fans mexicains ?

Яyo : Nous pensons qu’il y a des différences culturelles entre nos fans mexicains et nos fans japonais. On espère aussi qu’ils s’amuseront et que le concert sera très énergique.


Il y a beaucoup de fans de mangas, d’animes, de J-rock et de culture japonaise ici. Beaucoup ont appris le japonais grâce à des groupes comme girugamesh. Qu’en pensez-vous ?

Яyo : Je suis si fier. Je les respecte beaucoup d’avoir appris une autre langue pour pouvoir mieux nous comprendre.


Beaucoup de fans aiment vos chansons non seulement pour leur rythme, mais aussi pour leurs paroles. Elles les ont inspiré ou les ont aidé à surmonter des difficultés. Qu’en pensez-vous ?

Satoshi : Nous sommes très heureux de savoir que notre musique aide les fans, sachant que nous donnons beaucoup d’importance aux messages à travers nos paroles afin de donner plus de force à nos morceaux.


Vous avez participé au Wacken Open Air en Allemagne. Pensez-vous que c’est l’ultime festival de métal ? En quoi celui-ci est-il différent ? Qu’est-ce qui le distingue des festivals japonais ?

Яyo : (il s’excuse de ne pas savoir comment l’expliquer) Dans l’ensemble, mis à part au Japon, les fans sont plus agressifs et énergiques. Les fans japonais ont tendance à être plus timides et plus « sages ».


Vous prévoyez de nouvelles sorties pour janvier 2016. Les paroles sont-elles déjà prêtes ? Y inclurez-vous quelque chose en relation avec votre expérience mexicaine ? Quand annoncerez-vous de nouveaux détails ?

ShuU : Nous sommes en plein enregistrement. Si nous voulons à tout prix faire un bon concert vendredi, c’est pour pouvoir revenir jouer nos nouveaux morceaux.
Яyo : Nous annoncerons bientôt de nouveaux détails.


Avez-vous des histoires drôles à nous faire partager ?

Яyo : A l’international ou au Japon ?


En général…

Яyo : Il y en a beaucoup. (rires)
ShuU : Une histoire en particulier ? En concert ? Avec les fans ?


Pendant les concerts.

Satoshi : Lors de notre premier one-man, mon pantalon s’est déchiré au niveau des fesses. (rires)


Exactement comme Lenny Kravitz. (rires)

girugamesh : (rires)
ShuU : Pendant un concert en Allemagne, une fan nous a envoyé un soutien-gorge. Je me suis dis, « Quel bon concert ! ». (il fait semblant de jeter quelque chose) Peu importe que vous soyez un homme ou une femme, si vous pensez que c’est un bon concert, jetez-nous vos sous-vêtements. (rires)


Quel est le plus grand avantage de faire partie de girugamesh ?

Яyo : C’est de pouvoir jouer avec ces mecs.


Pour en revenir aux sous-vêtements, il est possible que ça se produise ici. (rires) Comment pourriez-vous réagir ? Est-ce que ça vous plairait ?

(le groupe fait semblant de se prendre des vêtements sur la tête, faisant rire tout le monde)

ShuU : Sans doute que nous les mettrions.


Quels artistes internationaux admirez-vous ?

ShuU : En tant que groupe, nous aimons les groupes de nu metal comme Linkin Park, Limp Bizkit, Korn, Slipknot, Marilyn Manson… Et chacun d’entre nous aime d’autres formations.
Яyo : Il y en a beaucoup. (rires) Depuis peu j’écoute Periphery, un groupe de metalcore qui s’est formé récemment aux États-Unis.


Que pensiez-vous du Mexique avant de venir ? Que connaissiez-vous du pays ?

ShuU : J’aime la lutte, alors je croyais qu’il y aurait des gens avec des masques dans la rue, avec des grands chapeaux et des ponchos. Mais depuis que je suis arrivé, je n’ai vu personne ressemblant à ça. (rires)
Satoshi : Quand je pense au Mexique, je pense en premier lieu à la nourriture, comme les tacos et les nachos. Juste avant de venir, nous avons pu gouter toutes sortes de tacos et je suis heureux de constater que c’était bien vrai. (rires)
Яyo : Je pense aux cactus. (note : fait référence au nopal)
Nii : J’avais déjà vu des graffitis sur les murs, mais lorsque nous sommes arrivés, et que je les ai découvert pour la première fois, je me suis dit « C’est trop violent pour moi ». (rires)


Comment composez-vos vos morceaux ? Quels ressentis y-a-t-il derrière ?

Яyo : Je suis le principal compositeur du groupe. Lorsque je compose, je me demande toujours « Est-ce que ça serait bien pour un concert ? ». Si ça ne m'inspire rien sur la façon dont on pourrait l’interpréter et sur l’impression qu’en auraient les fans, je ne vais pas plus loin. Vous connaissez déjà tout ce que j’ai écrit jusqu’à ce jour, il n’y a rien de plus.


Aviez-vous déjà été en contact avec la culture de l’Amérique Latine ?

Яyo : A travers la musique : Ill Niño, et grâce à un concert.
(L’interprète lui explique que le live en question était espagnol. Яyo rit, embarrassé.)
ShuU : Grâce à la mandoline. (rires) Nous ne connaissons rien de plus concernant la culture sud-américaine.


D’autres artistes se sont déjà produits au Mexique comme MIYAVI ou DIR EN GREY. Et le premier groupe à donner un concert sold out était X JAPAN. Cette formation vous a-t-elle influencée ? Pensez-vous qu’elle a ouvert la voie à d’autres groupes pour s’aventurer hors du Japon ?

Яyo : Ce n’est pas seulement au Mexique. X JAPAN est aussi un groupe légendaire au Japon, qui a inspiré beaucoup d’artistes. X JAPAN a créé le visual kei. Je ne suis pas sûr qu’il ait ouvert une porte vers l’international, mais je sais que c’est un pionnier.


Quelle chanson préférez-vous jouer en live ?

ShuU : driving time. On y entend beaucoup la basse, alors personnellement, j’aime jouer ce morceau.
Satoshi : Pour moi c’est evolution. Peu importe le pays, c’est la chanson qui excite le plus les fans et nous-mêmes.
Яyo : Toutes, parce que je les ai toutes écrites. (rires)
Nii : Break down pour moi. Je la considère comme parfaite. Elle a une bonne mélodie, de bonnes paroles et une bonne musique.


Où en êtes-vous dans votre carrière ? Pensez-vous que vous pouvez encore évoluer ?

ShuU : Je pense que nous n’avons pas encore atteint le point culminant de notre carrière. Lorsque nous l’aurons atteint, ce sera la fin. Ça ne pourra être que la fin. Pour l’instant, nous n’en sommes pas encore à nous dire « ça sera forcément moins bien à partir de maintenant ». Nous voulons toujours aller plus loin.


Il y a quelques années, vous aviez repris la chanson Glamorous Sky de Mika Nakashima. Quels autres morceaux aimeriez-vous réinterpréter ?

Яyo : Glamorous Sky ? (il commence à fredonner la mélodie avant de rire) De Mika Nakashima ?


En général.

ShuU : Qu’est-ce qui vous plairait ?


Quelque chose en espagnol. (rires)

ShuU : De quel groupe ?


Chacun réfléchit à un groupe de rock mexicain. Certains suggèrent Panteón Rococó ou Café Tacvba, qui se sont déjà produits au Japon. Cependant, aucuns des membres ne les connaissaient.

Beaucoup de groupes coréens et japonais se sont produits récemment au Mexique comme X JAPAN ou BABYMETAL. Ce genre de musique plait beaucoup. Que pensez-vous de cet engouement qu’ont les fans mexicains pour la musique asiatique en général ?

ShuU : Pourquoi est-ce que ça fonctionne selon vous ?


Parce que c’est différent, original, et une sorte de défi pour les fans. Les gens sont heureux parce que des groupes qui vont aux USA, mais pas souvent ici, jouent dans notre pays. Quand des groupes comme girugamesh viennent, les gens accueillent cette venue avec beaucoup d’excitation et sont désireux d’assister au concert.

ShuU : C’est peut-être parce que le Mexique est avide de nouvelles cultures.


Quels mots espagnols avez-vous appris ?

Яyo: ¡Hola! [Bonjour!]
Satoshi: Tacos (rires). Salud [Santé]. Tequila.
ShuU: Savez-vous qu’au Japon c’est une punition de boire de la tequila?


Non, pourquoi ?

ShuU : Parce que c’est un alcool très fort.


Avez-vous déjà gouté ?

Яyo : Oui et ça nous a plu.
ShuU : Pour en revenir à l’espagnol, “obrigado.”
(L’interprète lui explique que “obrigado” est portugais.)
ShuU : Salud [Santé], gracias [merci]… Apprenez-moi. (rires)
Satoshi : Qu’est-ce qui pourrait faire plaisir aux fans pendant un show ?


Certains médias proposent "mamacita” [fille sexy] ou “chido” [bon, agréable]. ShuU explique que l’on pourra twitter nos suggestions à Satoshi. Le groupe demande ensuite s’il est possible de draguer avec “mamacita”, les opinions étant divisées. Une femme explique que ce n’est pas une bonne idée.

ShuU : Est-ce qu’on vous l’a souvent dit ?


Certaines femmes pourraient apprécier, mais d’autres non. Mais si ça vient de vous, ça devrait aller.

girugamesh : (rires)


Après avoir retiré votre tenue de rock-star, que faites-vous au quotidien ?

Яyo : Je bois de l’alcool tous les jours. (rires)
ShuU : Je cuisine.


Délicieux !

ShuU : Bien sûr !
Satoshi : Je regarde des animes.


Quels sont vos animes préférés ?

Satoshi: “Ano hana.”
Nii : Je bois en regardant YouTube.
Яyo : J’aime boire en apprenant l’anglais.


C’est bien mieux ! (rires)

Яyo : Oui ! (rires)
Satoshi : Il arrive toujours complètement bourré aux répétitions.
Яyo : Avec la gueule de bois. (rires)


Que cuisinez-vous ShuU ? Quelle est votre spécialité ?

ShuU : Les hamburgers, les spaghettis, la nourriture japonaise.


Quel genre de nourriture japonaise ?

ShuU : Nimono. Vous connaissez ? (tout le monde dit que non) Si vous venez au Japon, je serai ravi de vous en préparer.


Nous avons choisi la question la plus étrange adressée par vos fans : Si vous étiez une femme, avec quel membre aimeriez-vous avoir un rencard ?

ShuU : On nous a posé cette question dans tous les pays que nous avons visité. (rires)
Satoshi : Ça se ferait sans doute par élimination. Nous ne saurions qui choisir. (rires)
Яyo : Nous sommes comme une famille, comme des frères, alors penser à ce genre de chose nous rend malade. (rires)


Malheureusement au Mexique, les fans accèdent à la culture asiatique via le téléchargement illégal, que ce soit pour la musique ou les animes. Pensez-vous mettre en vente vos opus au Mexique ?

Яyo : Pas vraiment.
ShuU : Il n’y a pas les mêmes magasins qu’au Japon alors on ne peut pas avoir d’accord commercial. Cependant, on aimerait trouver une entreprise qui voudrait vendre nos CD. Si vous avez des suggestions, nous vous écoutons.


Chez Mixup, ils vendent du MIYAVI et du DIR EN GREY. Vous pourriez peut-être essayer avec eux.

ShuU : Si vous savez comment les contacter, n'hésitez pas à en parler au promoteur s’il vous plait.
girugamesh : Merci beaucoup !


JaME remercie girugamesh, LoveJapan Entertainment et l’interprète pour cette conférence de presse.
artistes liés
concerts et événements liés
girugamesh 25/09

girugamesh
Mexico City - Mexico
Lunario (Auditorio Nacional)
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités