Interview avec girugamesh

interview - 15.07.2016 07:00

JaME a eu l’opportunité de s’entretenir une ultime fois avec girugamesh.

Après avoir annoncé qu’il mettra un terme à ses douze années de carrière au sortir de son ultime concert le 10 juillet au Zepp DiverCity de Tokyo, le groupe de rock girugamesh a accepté de répondre aux question de JaME une toute dernière fois.


Comment avez-vous pris cette soudaine décision de vous séparer ?

Яyo : Il y a, bien sûr, une raison plus ou moins officielle que nous avons déjà révélée au public. Mais nous avons également des raisons plus personnelles dont nous ne souhaitons pas parler. En tant que groupe, nous avons longuement réfléchi à notre futur. Chacun d’entre nous s’est demandé ce qu’il voulait faire à l’avenir et, malheureusement, il n’y a plus de place pour girugamesh.


Votre dernière tournée se déroule en Europe. Ce continent est-il important pour vous ?

Яyo : Nous avons su très tôt que nous avions beaucoup de fans en Europe. Nos premiers concerts à l’étranger se sont déroulés en Europe et cela aurait été un peu bizarre que nous disparaissions simplement du paysage musical local. Nous voulions faire notre dernière tournée ici pour dire au revoir à nos fans. Nous avons choisi l’Europe du fait de notre importante fan base ici.


Vous rappelez-vous de votre premier concert ? En quoi vos sentiments ont-ils changé depuis ?

(Tout le monde rit.)

Яyo : Bien sûr, nous nous souvenons de notre premier concert ! Dieu que nous avions peur ce jour-là ! Nous avions à peine 17 ans à l’époque, et nous allions toujours à l’école. Vous pouvez dire que le groupe nous a aidé à grandir. Nous avons eu de nombreuses expériences et avons appris de nouvelles choses ensemble. Nous avons grandi ensemble avec le groupe.


Êtes-vous impatients à l’idée de vous produire en Europe pour la dernière fois ?

Яyo : Nous sommes extrêmement impatients de jouer pour vous. Nous avons hâte de revoir nos fans.


Que peuvent attendre vos fans de cette dernière tournée européenne ?

Яyo : Tout d’abord, vous pourrez entendre des chansons de notre nouvel EP chimera. Nous avons essayé de construire une set list aussi variée que possible en incluant à la fois des anciens et des nouveaux morceaux. Nous espérons que ce choix attirera les fans de la première heure et ceux qui nous ont découvert plus récemment, et qu’ils apprécieront ces concerts.


Et en ce qui concerne votre ultime prestation en juillet ?

Яyo : Nous ne savons pas encore exactement, mais nous voulons sortir de nouvelles choses. Nous ne savons pas s’il s’agira d'un DVD ou d’un CD mais des surprises attendent tout de même les fans.


Quel moment de votre carrière chérissez-vous particulièrement ?

Satoshi : Certainement 2007, la première fois que nous avons joué au Nippon Budokan.

ShuU : Notre première tournée européenne et nord-américaine. Le hasard a voulu que notre premier concert européen ait lieu ici, en Allemagne. Je m’en souviens encore très bien.

Nii : Je partage les sentiments de ShuU. Mon grand rêve est devenu réalité à ce moment-là.

Яyo : Pareillement, l’Europe et les Etats-Unis.


Où aimez-vous jouer ?

Satoshi : J’aime beaucoup Berlin. Je me rappelle de notre photoshoot pour notre deuxième album. Il s’était déroulé devant le Mur de Berlin. Nous nous étions tellement amusé !

ShuU : L’Allemagne est l’endroit que je préfère après le Japon. Je ne peux pas choisir de lieu en particulier, mais le simple fait d’être en Allemagne est génial.

Nii : Paris ! Je me souviens que durant un concert, un fan a surfé sur la foule jusqu’à la scène et a plaqué un CD de son groupe dans la main de Satoshi en nous demandant de l’écouter. Puis il est reparti dans le public.

Яyo : N’importe où en Allemagne !


Qu’est-ce qui vous plait particulièrement dans le fait de partir en tournée ?

Яyo : Nous aimons être en contact avec les autres cultures. Tout est tellement… Vous savez, différent quand vous êtes à l’étranger. Je me souviens que nous avalions bruyamment nos ramen dans un restaurant en Allemagne, et les autres clients nous regardaient, dégoutés. Au Japon il est tout à fait normal de manger de cette façon. Il n’y a qu’à l’étranger où vous pouvez expérimenter ce genre de situations. A Rome, fais comme les Romains.


Quelles sont vos chansons préférées de girugamesh ?

Яyo : Chaque morceau est mon favori. J’ai travaillé dur sur chacun d’entre eux et ils comptent vraiment beaucoup pour moi. Mais si j’étais obligé d’en choisir un seul, alors je dirais Break Down.

Nii : evolution.

ShuU : Mon préféré est evolution.

Satoshi : Kowareteiku sekai.


Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Яyo : J’ai une chaine YouTube sur laquelle je publie régulièrement des reprises d’autres chansons. Elle s’appelle Ryo TrackMaker. J’aime créer et publier des choses pour divertir les spectateurs.

ShuU : Pareil pour moi. Je veux continuer à faire de la musique.

Satoshi : Je n’ai pas encore de plans bien définis, mais dès que je commencerai quelque chose soyez certains que je vous ferai signe !


Avez-vous un dernier mot pour nos lecteurs ?

Яyo : Merci beaucoup, du fond du cœur merci beaucoup pour toutes ces magnifiques années passées avec vous !

ShuU : (en allemand) Super dankeshön !

Tous : Merci !


JaME souhaite remercier girugamesh et Gan-Shin pour avoir rendu cette interview possible.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités