Entretien avec AKB48 !

interview - 06.08.2009 00:00

Le groupe AKB48, invité d'honneur de la dixième édition de la Japan Expo, nous accorde de son temps libre pour répondre à nos questions

Trois des filles d'AKB48 nous reçoivent et discutent à propos des auditions, de leur vie au sein de la formation, et de la manière dont elles envisagent leur avenir.


Bonjour, pouvez-vous vous présenter et nous parler du concept du groupe AKB48 ?

Moeno : Je suis Moeno Nito de la team B.

Sayaka : Je suis Sayaka Akimoto de la team K.

Tomomi : Je suis Tomomi Kasai de la team K.

Sayaka : Nous faisons partie du groupe AKB48, composé des trois teams A, K, B, et basé à Akihabara à Tokyo. Nous nous y produisons tous les jours, à tour de rôle.

Qu'est-ce qui vous a motivé à prendre part aux auditions et à intégrer la formation ?

Tomomi : Je me suis faite aborder dans la rue par des recruteurs, qui m'ont parlé du groupe. Je m'y suis intéressée et ai été invitée à passer les auditions.

Sayaka : A la base j'avais envie de faire du chant, de la danse, ce genre de choses, mais sans vraiment savoir vers quoi me diriger exactement. Puis j'ai pris conscience qu'un groupe comme AKB48 pouvait tout à fait m'offrir ce genre d'opportunités, tout en ayant la possibilité d'apprendre à exercer de multiples activités.

Moeno : Me concernant, j'ai surtout vu l'aventure AKB48 comme pouvant devenir une expérience extraordinaire.

Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez appris que vous étiez sélectionnées, parmi des milliers d'autres candidates ? A votre avis, que possédiez-vous de plus par rapport aux autres ?

Tomomi : La deuxième partie de la question est difficile ! Je ne sais pas quoi vous dire (rires) ! Comme on m'a proposé de venir participer à une audition, je n'avais pas vraiment d'attentes à propos du groupe, comme ont pu en avoir les autres filles par exemple. Puis, le jour de l'épreuve, j'ai vu des tas de participantes qui dansaient bien mieux que moi, qui suis plutôt mauvaise en fait. Alors la raison pour laquelle j'ai été prise, je ne peux absolument pas répondre à ça (rires).

Vous avez chacune fait connaissance lors de la formation du groupe. Comment s'est déroulée cette rencontre ? Puis comment accueillez-vous les nouvelles recrues ?

Sayaka : Au-delà du fait que nous partageons toutes la même scène, il y a vraiment de bonnes relations qui se sont installées entre chacune d'entre nous. Un rapport d'équivalence, loin des liaisons kohai/senpai habituelles. Bien sûr les plus anciennes essaient de prendre en charge les nouvelles venues, mais sur scène, nous sommes juste égales les unes aux autres.

Le fait de travailler en si grand nombre ne crée-t-il jamais de rivalités ?

Tomomi : La rivalité a un effet positif au sein du groupe. En termes de compétences, on essaie en effet de se dépasser les unes les autres, mais sans aucune animosité.

Evoluer au sein d'AKB48 vous donne comme vous l'avez dit l'opportunité de faire l'expérience de nombreuses activités, telles que le chant ou la danse, que ce soit en lives ou pour des vidéos promotionnelles. Qu'aimez-vous le plus faire et pourquoi ?

Tomomi : La scène est ce qui m'amuse le plus. Je dirais donc la danse.

Sayaka : Je ne peux pas vraiment me prononcer sur ce que j'aime le plus faire. Mais de manière globale, je dirais que c'est le fait d'être face au public qui m'intéresse le plus.

Moeno : Avant d'intégrer le groupe j'étais quelqu'un de très timide. Le fait de paraître en public ou d'être prise en photo a permis de faire disparaître certaines appréhensions, et maintenant je trouve plutôt agréable de faire de la scène.

Entre les répétitions, les live, les enregistrements et la promotion, vous avez un emploi du temps extrêmement chargé. Où trouvez-vous toute cette énergie ? N'est-ce pas trop difficile de concilier travail et vie personnelle ?

Tomomi : Comme nous sommes toujours ensemble même en dehors des heures de travail, finalement vie professionnelle et vie personnelle se confondent étonnamment. C'est en partie de ces relations d'amitié que je tire énergie et motivation quotidiennes.

Seules, que faites-vous de votre temps libre ?

Tomomi : Les jours de congés, je reste tranquillement chez moi. Je me repose, je mange, je fais la sieste avec mon chat (rires). Ce genre de choses.

Sayaka : J'aime bien me promener, chercher de bons restaurants dans lesquels j'irai ensuite manger toute seule (rires).

Moeno : J'ai un chien à la maison. Quand je rentre chez moi je passe du temps avec. Nous jouons ou dormons ensemble.

Quel genre de musique écoutez-vous et quels sont les artistes que vous appréciez ?

Tomomi : J'adore le groupe SPEED. Quand je vais au karaoke, c'est du SPEED que je chante.

Sayaka : Michael Jackson (rire gêné) (Ndlr : rappelons que l'interview a été réalisée quelques jours après l'annonce de sa mort). Madonna aussi.

Moeno : J'écoute beaucoup le groupe SID.

Il vous arrive d'interpréter vos propres morceaux au karaoke ?

Tomomi : Oui ! (rires)

Sayaka : En faisant la chorégraphie (rires).

Pensez-vous que la popularité soit un privilège ? Comment la vivez-vous au quotidien, dans vos rapports aux autres ?

Tomomi : Je n'ai pas l'impression d'être une célébrité, mais je suis heureuse si on peut me considérer tel quel. Dans l'absolu, j'aimerais devenir quelqu'un de vraiment connu, même si pour le moment il est difficile de se démarquer de manière individuelle au sein d'un groupe comme AKB48. Très peu de personnes connaissent notre nom finalement. Nous formons juste une seule entité.

Par rapport à ce que vous venez de dire, avez-vous déjà pensé à votre vie après l'expérience AKB48 ? Souhaiteriez-vous alors entamer une carrière solo, ou prendre une toute autre direction ?

Tomomi : Tout ce que je fais au sein du groupe est tellement intéressant que je ne me suis jamais encore projetée dans l'avenir. Pour le moment je pense juste à me donner entièrement au groupe. Mais quand j'aurai trouvé quelque chose qui me conviendra pour le futur et qu'il sera temps que je quitte AKB48, j'essaierai alors de me diriger dans cette nouvelle direction.

Sayaka : AKB48 nous donne l'opportunité d'exercer plusieurs activités, comme le chant ou même la comédie. J'aimerais continuer dans cette voie, et dans la mesure du possible, devenir aussi populaire à l'étranger.

Moeno : C'est la même chose pour moi. J'aimerais continuer tout ce que je suis en train de faire actuellement. La meilleure chose qui pourrait m'arriver pour commencer est que le public retienne mon nom, ou mon visage. Mais pour le moment, je veux continuer à progresser au sein d'AKB48.

Vous voilà aujourd'hui pour la première fois à l'étranger, en France. Quelles sont vos premières impressions vis-à-vis de ce pays, et quelles sont vos attentes quant à la Japan Expo ?

Tomomi : Paris est une ville magnifique, où j'ai toujours rêvé de venir. Pouvoir faire un concert ici est quelque chose de vraiment fabuleux. Je ne peux pas encore imaginer le nombre de personnes qui seront présentes pour nous voir. A vrai dire nous n'avons même pas encore vu la scène sur laquelle nous allons jouer. Beaucoup de questions restent encore sans réponses, mais j'espère juste que le public pourra apprécier.

Sayaka : Pouvoir voir enfin Paris de ses propres yeux est quelque chose d'extraordinaire. Je suis vraiment excitée à l'idée de donner ce concert demain, et même si nous ne parlons pas français, j'espère qu'on parviendra à communiquer notre joie avec le public.

Moeno : Venir à Paris était pour moi aussi l'un de mes rêves depuis longtemps, quelque chose toutefois loin de mes préoccupations quotidiennes. C'est vraiment incroyable que je sois ici aujourd'hui. Les Français que j'ai rencontrés jusqu'à présent sont de plus des gens très sympathiques, avec qui je peux me sentir proche. J'espère que la communication sera également effective avec le public demain, et que le concert sera réussi.

Si vous en aviez le temps, qu'aimeriez-vous faire ou visiter ?

Sayaka : Pour le moment nous avons pu voir la Tour Eiffel. C'est gigantesque ! Nous aimerions également beaucoup nous rendre au Louvre ou au Château de Versailles, mais je crois bien que nous n'en aurons malheureusement pas le temps.

Avez-vous un dernier message à adresser à nos lecteurs ?

Sayaka : A travers la Japan Expo ou d'autres types de conventions, j'espère que la France et le Japon pourront continuer à rapprocher leurs cultures et à se comprendre mutuellement. J'imagine que beaucoup de personnes vont nous découvrir grâce à cette interview, alors j'espère également qu'elles prêteront une oreille attentive à notre musique, et qu'elles continueront à nous supporter.



JaME tient à remercier le groupe AKB48 pour sa disponibilité, et la Japan Expo pour avoir permis de réaliser cette interview.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
themes liés

Japan Expo 2009

publicités