Dragon Ash - Public Garden

chronique - 26.07.2008 14:00

Sur les pas de la maturité

Le deuxième EP du groupe sort en avril 1997, seulement deux mois et deux jours après le déjà prometteur The Day dragged on. En faisant passer la galette sur sa chaîne Hi-Fi, on peut se rendre compte qu’en ce très court laps de temps, quelque chose a changé chez Dragon Ash. C'est indéniable. Cette évolution n’est pas de celles qui nous pètent directement à la figure lorsque par exemple un groupe opère un virage à 270° dans son style musical (et Dieu sait que Dragon Ash nous habituera plus tard à ce type de changement), mais pourtant, force est de constater que le son a pris de l’ampleur par rapport au précédent opus.

La voix de Kenji Furuya s'est affirmée et le mixage la positionne maintenant au premier plan - exit les vocaux voilés qui caractérisaient la production de chacun des titres de The Day dragged on - ; Ikuzo Baba trouve véritablement ses marques au sein de son nouveau groupe et nous gratifie d'un jeu de basse très présent et funky ; mais surtout, le punk hardcore des débuts et la rage juvénile qui l'accompagnait cèdent lentement la place à des compositions beaucoup plus inspirées et envoûtantes, toujours rock et bien pêchues, soit, mais qui font dorénavant la part belle à une sincère mélancolie. Ainsi, Ability -> Normal, Fuyu no michi no sei, People et Niji no kanata comptent parmi les plus belles compositions de l'EP, voire de toute la discographie du groupe, et tranchent étrangement et radicalement avec les titres "cool" et plutôt gais dont nous habitueront plus tard Kenji et sa bande.

En reprenant l'un des titres du premier mini-album, Realism, qu'ils renomment ici tout naturellement Realism II, gonflant au maximum le son de basse et débitant les lyrics sur un phrasé rap au flow précipité, Dragon Ash nous dévoile également son intérêt pour les musiques funk et hip-hop, qui seront largement développées plus tard dans la suite de leur discographie.

Avec Public Garden, c'est un excellent mini-album que nous offre Dragon Ash, bien plus mature que son prédécesseur. Toutes les petites aspérités qui faisaient les minces imperfections de The Day dragged on ont ici été poncées, polies, retravaillées, et c'est d’un véritable petit bijou de musique rock funky - et par moments désabusée ! - qu'accouche le groupe, et qu'on ne se lasse pas de réécouter.

Dragon Ash est maintenant en train de trouver sa voie. La musique des trois garçons est devenue suffisamment mûre, et l’harmonie régnant entre chacun d'entre eux est telle qu'ils s'attèleront de nouveau très vite au travail, pour cette fois, nous sortir un premier album longue durée...

Note : 8/10
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités
  • euroWH
  • SYNC NETWORK JAPAN
  • Chaotic Harmony