Les concerts au Japon, mode d'emploi

dossier - 31.05.2011 07:00

Qui n'a pas rêvé, en tant que fan de J-music, de se rendre un jour au Japon et d'assister au concert de son groupe/artiste préféré ? Quel plaisir de le voir jouer dans son environnement, de vivre un concert japonais pour de vrai, et non plus sur un écran, en pyjama, à manger du pop-corn ! Mais voilà, comment trouver la prochaine date de concert, acheter sa place et se conduire lors d'un concert ?

Avant tout, une petite mise au point s'impose. Il y a deux types de concerts au Japon. Vous avez tout d'abord les « events » pendant lesquels plusieurs groupes/artistes se produisent. Le temps moyen pour chacun est d'environ trente minutes, ce qui fait en général 4/5 chansons et un MC (petite pause pendant laquelle l'artiste/un ou plusieurs membre(s) du groupe parle(nt). Les fans vont soit applaudir soit crier. Attendez pour être sûr, sait-on jamais...). Puis, il y a les « onemans » pendant lesquels se produit un seul groupe/artiste (hors première partie). Les petits groupes/artistes font souvent des events (sur des thèmes spéciaux, regroupés par maison de disque...), et les gros se produisent plus souvent en oneman.


A la recherche des concerts !

Pour connaître la date du prochain concert d'un groupe/artiste, c'est assez simple. Le seul problème reste la barrière de la langue. Eh oui, bien que la J-music s'exporte un peu partout dans le monde, il est difficile de trouver ce genre d'informations en anglais.

Il y a trois façons d'obtenir la date et le lieu du concert du groupe/artiste que vous souhaitez voir en live :

- Le site officiel. Certains – attention, pas tous – ont une page en anglais. Pour les sites uniquement en japonais, que le Ciel soit loué, une bonne majorité met les noms des différentes parties du site en anglais (bah oui, c'est la classe). Dans ce cas, vous pouvez arriver jusqu'à la page souhaitée. Pour les autres sites uniquement en japonais, il ne vous reste plus qu'à choper un autochtone ou un des nombreux étudiants qui s'est lancé dans le japonais. Sinon, pour les warriors, vous pouvez cliquer sur « ライブ » (live) ou « スケジュール » (schedule). Il peut arriver que les events et les onemans soient séparés, il suffit donc de cliquer sur celui qui vous intéresse le plus.

- Vous pouvez vous rendre sur les sites de bases de données. Par exemple, vous avez le site Visunavi qui recense tous les concerts de visual kei. Une recherche par date ou par groupe/artiste est possible, vous permettant de trouver les informations souhaitées. Cependant, le site est entièrement en japonais, et ne possède pas de case de recherche. Vous devez donc faire défiler la liste (alphabet japonais) et trouver votre groupe/artiste (nom en japonais).
Sinon, vous avez aussi des sites plus généraux, dont le magnifique site officiel du magasin Lawson, ou encore le coloré Ticket Pia (les tickets sont en vente à la machine dans les circle-k-sunkus, les 7/11 et les magasins officiels). La recherche par groupe/artiste est très fonctionnelle d'autant qu'elle est possible même en entrant les noms en alphabet romain ! Les informations restent bien évidemment en japonais, mais grâce à cela, vous pouvez trouver les dates, heures, prix et surtout le fabuleux L-code ( Lコード) à noter soigneusement !

- Vous pouvez aussi consulter les sites des différentes salles de concert, dont la partie « schedule » est généralement bien organisée et assez compréhensible, même si pour vous le japonais et l'hébreu, c'est la même chose. Vous y trouvez généralement les jours, heures, prix et L-code. Par contre, si vous ne connaissez pas tellement les habitudes japonaises en ce qui concerne l'attribution des salles (visual kei au Takadanobaba Area, Johnny's au Yoyogi Koen...), cela risque de demander beaucoup de temps, d'autant qu'il y a énormément de salles et tout autant de concerts, et ce tous les jours ! Pour vous aider, voici un document avec les salles qui sont majoritairement utilisées pour les concerts. Mais, attention, cette liste n'est pas exhaustive !


Étude de cas : déchiffrage des informations en japonais

Prenons un exemple tout simple. Vous voulez voir la JaME Team en concert. En allant sur le site officiel, vous pouvez vous retrouver face à une annonce qui ressemble à cela :

E.L.L&SPEED DISK PRESENTS
「森羅万象 in MID SIDE」

日付: 2011.02.23(水) .


会場: 名古屋E.L.L




時間: 16:30/17:00


料金: \3.500/\4.000
(Drink代別)








w/アンド/-OZ-/SCREW/BORN/Lycaon




【チケット発売】
●Aチケット●
1/4(火)~11(火)
SPEED DISKWEB優先
(郵便振替にて受付)

優先詳細URL
http://xxxrecords.jp/speeddisk/

●Bチケット●
1/15(土)~
ライカエジソン名古屋店
・チケットぴあ
・ローソンチケット
※ライカエジソン名古屋店
発売初日は電話予約
052-229-8211のみ
・チケットぴあ
0570-02-9999
(Pコード:127-113)
・ローソンチケット
0570-084-004
(Lコード:48018)






※バンド予約はありません。








問:名古屋E.L.L
052-201-5004
Ne fuyez pas, nous allons vous aider. Bien souvent, l'annonce commence par le nom du concert.

日付 : la date en japonais, c'est comme en anglais : année / mois / jour (jour de la semaine – lundi... Bon, ce n'est pas le plus important !)

会場 : salle. C'est là que Google est votre ami : un copier-coller et vous trouverez le site de la salle ainsi qu'un plan ! Ou vous pouvez aussi vous reporter à notre document qui recense quelques unes des salles les plus utilisées.

時間 : horaires. Parfois sous la forme Open/Start. Heure d'ouverture des portes / heure du début du concert.

料金 : prix. Parfois sous la forme ADV/DOOR. Le premier correspond au prix du ticket en pré-vente, et le second à celui acheté le jour du concert directement avant d'entrer dans la salle (ce dernier est généralement 500 yens plus cher).
Drink代別 : boisson à part. Lors de votre entrée dans la salle de concert, il vous faudra vous acquitter en plus d'une petite somme, comptez entre 300 et 600 yens, bien souvent 500, ce qui vous donnera le droit à une boisson au bar. (Le ticket de concert fait parfois office de jeton boisson.)

Dans le cas d'un event, c'est ici qu'est cité les autres groupes/artistes qui se produiront aussi. Il arrive que le groupe/artiste dont vous êtes sur le site officiel ne soit pas inscrit à cet endroit. Ne vous inquiétez pas, c'est seulement de la modestie japonaise. Il sera au concert !

Mise en vente des billets :
C'est ici que cela se complique. Bien souvent, il y a plusieurs mises en vente des tickets (チケット), dont la date est signifiée sous le type du ticket. Comme pour les différentes éditions d'un même single, il peut donc y avoir les tickets A, les B (et parfois les C, les D...).
Au Japon, les places ont toutes un numéro (même en fosse), et l'entrée dans la salle se fait dans l'ordre (plus besoin d'arriver la veille). Ainsi, A01 entrera en premier (et bien souvent avant l'ouverture des portes. Il s'agit généralement des groupes de filles qui squattent les barrières, afin que les musiciens ne puissent voir qu'elles, et dictent leur loi dans la salle) et X999 en dernier.
Les A (et les B en cas de C...) sont souvent vendus soit dans un magasin spécial (comme le Like an Edison. C'est sûrement la façon la plus simple et rapide pour un non-japonisant d'acquérir la place. Cependant, il peut y avoir des pré-réservations la veille ou le jour même par téléphone), soit à la salle de concert (en dehors du jour même), soit au bureau du groupe (et là, il faut savoir où aller...).
Bref, le plus simple reste d'acheter les places B (ou C, enfin les dernières) : il vous suffit de récupérer le code Lawson (L-code, Lコード en japonais). De là, rendez-vous dans un Lawson – fameux combini dont les frites sont justes trop bonnes –, et dirigez-vous vers la machine rouge (au doux nom de Loppi), souvent près des magazines ou de la photocopieuse-scanneuse-imprimante.
Puis, reportez vous à notre petit document (prenez soin de l'imprimer avant !).
Sinon, vous pouvez aussi prendre le P-code ( Pコード) et vous rendre soit dans un magasin officiel Pia, soit dans un circle-k-sunkus ou un 7/11. Attention, les L-codes restent toutefois majoritaires.

Il peut arriver qu'il y ait des réservations groupe. Dans ce cas, il est inscrit バンド予約はあるります. Il vous suffit alors d'envoyer un e-mail avec vos nom, prénom, nombre de place, date du concert auquel vous souhaitez assister. Prenez soin d'imprimer la confirmation, sait-on jamais.
S'il est inscrit バンド予約はありません, cela signifie qu'il n'y a pas de réservations groupe.


Bien souvent, l'annonce finit par un nom et un téléphone. Il s'agit de ceux de la salle dans laquelle aura lieu le concert.



En règle générale (attention, cela veut dire qu'il y a des exceptions), pour les petits concerts (vraiment petits) :
- Soit vous réservez directement une (ou plusieurs places) en remplissant le formulaire ou en envoyant un e-mail à l'adresse indiquée sur le site du groupe/artiste. Vous payerez certes le jour du concert en arrivant à la salle, mais vous vous verrez appliquer le tarif ADV,
- Soit vous allez directement à la salle de concert et payez le tarif DOOR.

Pour les concerts de taille moyenne, il y a bien souvent différentes mises en vente de tickets (voir l'exemple ci-dessus). Cependant, il reste bien souvent des places à acheter le jour même. Bien qu'il faille mettre quelques yens de plus, cela reste très pratique.

Pour les gros artistes/groupes qui font des concerts (dans les plus grosses salles généralement et en oneman), cela se complique un peu : bien souvent, avant la mise en vente officielle des tickets, sont organisés des pré-orders.


Les pré-orders ? Schmilblick ?

C'est à la fois simple et compliqué. Les pré-orders sont des réservations avant la mise en vente officielle des places. DIR EN GREY en fait souvent, si ce n'est tout le temps ! Il s'agit en fait d'avoir les premiers tickets afin de ne pas se retrouver au fond ou d'être sûr d'avoir tout simplement sa place.
Bref, deux sites sont massivement utilisés pour ces réservations : e+ et Ticket Pia.

Pour faire simple,
- Soit vous êtes bilingue et vous pouvez réserver votre place sans problème. En effet, sans un minimum de japonais (ou de Japonais), il vous sera impossible d'acheter une place, d'autant qu'il n'y a pas d'interface en anglais. De même, il vous faudra être domicilié au Japon,

- Soit vous avez de la chance et il reste des places après (ce qui est assez fréquent, sauf s'il s'agit du dernier live de Bidule). Dans ce cas, un L-code ou un P-code sera alors disponible sur le site officiel du groupe/artiste. Il vous suffira alors de suivre les explications du petit PDF.

- Soit vous avez la poisse et il n'y a plus de places (la tournée estivale de MIYAVI a été sold out extrêmement rapidement). Dans ce cas, il ne vous reste plus qu'à pleurer, ou – et oui, on a toujours une solution – à vous rendre sur des sites d'enchères. Vous avez Yahoo! Auction et Mobile Auction.
Ce sont des sites qui fonctionnent comme Ebay : soit vous faites des enchères, soit vous achetez directement le produit. Certains membres de fan-club y revendent leur place (et vous serez de ce fait dans les premiers rangs, car les places sont souvent mises en vente avant tout cela afin que les membres du fan-club bénéficient des meilleures places (bon après, ils ont payé pour !)).
Si vous n'êtes pas encore au Japon et n'avez pas de connaissances là-bas (oui, car rares (inexistants ?) sont les vendeurs envoyant à l'étranger), il faudra probablement passer par un tiers pour la commande. Communément appelé « shopping service », ces services commandent pour vous et vous font suivre votre achat moyennant finance (aux alentours de 20% du prix plus les frais de port).


Et vous voilà avec votre place ! Ou, comment entrer dans la salle ?

Comme il a été dit précédemment, les tickets sont numérotés, qu'il s'agisse de places assises ou de la fosse. Dans ce cas, inutile de venir des heures à l'avance, car l'entrée se fera dans l'ordre le plus total.
Pour les petits concerts (vraiment petits), cela reste cependant bien souvent la loi du premier arrivé premier entré. Étant donné le peu de monde qu'il y a dans ce genre de concerts (bien souvent, les membres du staff sont plus nombreux que le public, disons quarante personnes en incluant le videur), il n'est pas nécessaire de camper la veille. D'autant que pour les events, les fans vont bien souvent voir un groupe/artiste précis : quand celui-ci passe, ils se mettent devant, quand il s'agit d'un autre, ils laissent la place aux autres personnes. Vous pouvez aussi danser comme vous le souhaitez, sans craindre le coude de la personne en face, la tête de votre voisin... Vous serez certes dévisagé, mais uniquement parce que vous êtes étranger !

Dans la grande majorité des cas pour les events, quand vous arriverez à la salle, l'autochtone en charge de l'accueil vous posera une question. Ne le frappez pas, il vous demande juste pour quel groupe/artiste vous êtes venu. C'est à la fois pour retrouver votre nom si vous avez réservé avant (et là, vous pourrez rire en donnant votre nom qu'il ne comprendra pas), et/ou pour le classement produit à chaque fin d'events afin de savoir quel est le groupe/artiste qui a eu le plus de spectateurs. Tous les groupes/artistes se produisent sur la même scène, il n'y a pas d'autres salles, et vous pourrez donc voir tous ceux qui sont annoncés. Cela permet juste aux maisons de disque et aux groupes/artistes de savoir lequel/lesquels est (sont) le(s) plus populaire(s), afin qu'il(s) organise(nt) leur propre event par la suite, fasse(nt) un oneman...

C'est aussi à ce moment que vous devrez vous alléger de quelques yens pour la boisson. Attention, vous êtes obligé de payer. N'essayer pas de refuser, on risque de vous interdire l'entrée de la salle.
Il arrive que le bar soit fermé pendant la performance des différents groupes/artistes ou dès la fin du show (comme au Takadanobaba AREA par exemple). Pour profiter de votre breuvage, il faudra donc penser à vous rendre au bar avant le concert ou pendant les entractes. Les gobelets ont un peu près la même taille que le Grande de Starbucks. Allant du soda à la bière en passant par les boissons à base de vodka, vous pourrez facilement vous désaltérer, même si le gobelet contient quelques gros glaçons. La grande majorité des boissons est à 500 yens, si jamais le premier gobelet ne vous aurait pas suffit.


Et tu danses, danses, danses... ♪

Mais ne vous inquiétez pas, ce n'est pas parce que vous avez le ticket C159 que vous serez à côté des toilettes, enfin du moins en ce qui concerne les events. En effet, les Japonais y allant souvent pour un ou deux groupes/artistes, le public tourne beaucoup. Certains attendent dans le hall que leur groupe/artiste passe (et se refont une beauté, enfin pour les filles), d'autres préfèrent rester en retrait pour ne pas abîmer leurs fringues de soirée. Vous pourrez donc très bien être dans les premiers rangs.
Oui, parce que le premier rang vous sera interdit – comme les autres premiers rangs situés dans une autre zone (surélevée, autre carré). Au Japon, sévit un groupe de filles – souvent celles qui ont les places A et appelées saizen (le premier, ou le pilier de bar... Ah la magie des caractères japonais !) ou jouren (les habitués. En effet, ce sont toujours les mêmes qui viennent) – avec à sa tête une grande prêtresse et qui accapare le premier rang. Vous ne pourrez jamais vous mettre tout devant – en plus, elles s'y accrochent au sens propre ! Sauf si vous sympathisez avec le gourou.
Ce système difficile, voire impossible à contourner, connu également sous le nom de shikiri, devient parfois une véritable mafia notamment pour la répartition des billets numérotés. Cependant, les groupes/artistes sont de plus en plus nombreux à s'insurger contre cette pratique souvent injuste en tentant de la bannir des salles. Niveau visual kei, scène dans laquelle ce système est le plus ancré, des groupes comme D, Jinkaku Radio, lynch. ou encore Versailles ont fait comprendre leur opposition au système. Certaines compagnies comme la Sherow Artist Society, Maplekiss et LOOPASH ont fait de même, et des organisateurs tels que Speed Disk, Plug et Death trap-ID ont ouvertement critiqué cette activité. D'autres groupes comme Deluhi ou encore Megamasso ont carrément publié une interdiction du shikiri sur leur site. Mais soyons francs, cela reste plutôt inefficace.

Les concerts japonais sont parfois décrits comme étant plutôt calmes. Effectivement, le public ne s'égosille parfois qu'entre les morceaux mais rarement pendant, ce qui ne l'empêche pas de se montrer enthousiaste de mille autres façons. Vous êtes assez libre de danser comme vous le souhaitez, d'autant que généralement votre espace vital est respecté. Il peut arriver que celui-ci se réduise fortement : suivez alors la chorégraphie pour éviter tout accident. En parlant de chorégraphie, nous pourrions écrire des pages dessus, mais cela deviendrait vraiment très long ! Sans compter que cela change suivant le type de musique. Pour faire simple, regardez autour de vous quand vous êtes proches de vos voisins et faites pareil. Et si soudain vous voyez le premier rang se renverser sur la barre et les autres rangs se jeter sur ces jeunes filles, ne paniquez pas ! Cette pratique courante lors des concerts de visual kei s'appelle gyakudai. Soit vous les imitez, vous vengeant ainsi un peu, soit vous vous poussez pour laisser les autres s'amuser. Il peut aussi arriver que la foule se déplace de droite à gauche (parfois en tournoyant). Si vous n'avez pas mal au cœur, suivez le mouvement (faites attention à vos pieds), sinon reculez-vous un peu. Justement, il est aussi possible que l'on vous demande de retirer vos chaussures, surtout si vous êtes dans la fosse, pour éviter tout accident de talons aiguilles ou DocMartens (à vous de choisir le plus douloureux) lors des pogos ou autres slams.

Précédemment, nous avons parlé des fans qui tournent suivant les groupes/artistes qui se présentent. Vous n'êtes pas obligé de choisir un seul groupe/artiste et de vous mettre devant quand il passera, d'autant que les ordres de passage ne sont connus que de la grande prêtresse et de ses disciples. Vous pouvez toujours leur demander si vous maîtriser la langue de Sôseki. Si tous les groupes/artistes qui passent vous plaisent, vous pouvez très bien rester dans les premiers rangs. Si cependant vous voyez quelques personnes qui sont venues spécialement pour un groupe/artiste et qu'il est le suivant à passer et que vous n'êtes pas particulièrement fan, vous pouvez toujours vous montrer gentil et les laisser passer. Elles viendront en plus vous voir à la fin pour vous rendre votre place ! Ah, un peu de douceur dans ce monde de brutes ! Vous pourrez en plus peut-être vous faire quelques connaissances.

Par contre, au Japon, en règle générale, on ne monte pas sur scène pour sauter dans le public (n'oubliez pas que les Japonais(es) ne sont pas épais(es), vous risqueriez des les tuer, quoiqu'ils se pousseraient sûrement...). Il n'est pas non plus coutume de toucher les membres des groupes/artistes, sauf s'ils sautent dans la fosse, s'ils s'asseyent sur vous, s'ils vous tirent par la main pour que vous vous fassiez écraser dans les premiers rangs... De même, tous les appareils d'enregistrement sont interdits, sous peine d'exclusion de la salle.
Aussi, à la fin du concert, ne traînez pas près de la sortie afin d'apercevoir les artistes. Tout d'abord, un membre du staff viendra vous demander poliment de dégager, mais aussi parce qu'il faut les laisser respirer. Quand ils sortent de la salle, ils sont souvent démaquillés, chargés comme des bouquetins, fatigués, affamés... Bref, rentrez tranquillement chez vous, les yeux encore pleins d'étoiles !


Goodies, CD, ou la fin de ses économies !

Assister à un concert au Japon présente aussi un autre intérêt : vous pourrez acheter des CD qui ne sont vendus que lors des prestations, ou encore pleins de goodies qui ne vous serviront jamais à rien ! Bref, ces stands (un par groupe/artiste, généralement avec des photos devant histoire de ne pas se tromper) sont soit dans la salle même soit en dehors suivant le taux de remplissage de cette dernière. Les stands à l'extérieur permettent aux fans qui n'ont pas eu de billet pour le concert de compenser leur déception en dépensant leur argent dans divers objets. Vous pouvez acheter les produits soit tout au long du concert, avant et après, soit juste avant, soit juste après, soit juste pendant (dans un event, comptez dix minutes de pause entre deux groupes/artistes).

Bien souvent on y trouve :
- des photos – des photos polaroids prises le jour même qui s'achètent à l'unité, des photos un peu plus grandes, présentées en set -,
- des CD – parfois disponible quelques jours avant la mise en vente officielle,
- des tee-shirts,
- des serviettes – que vous pourrez utiliser lors du prochain live du groupe/artiste en question -,
- des stickers,
- des trucs (oui, c'est assez divers...) à accrocher à votre portable,
- le symbole du groupe/artiste s'il y a – par exemple, les masques de KYOKUTOU GIRL FRIEND...
Bref, tout plein de choses introuvables en dehors de ces stands !

Vous vous dites que si vous les prenez avant vous allez être gêné lors du show. Pas du tout ! Soit vous déposez votre/vos sac(s) dans les casiers à l'entrée (comptez environ 300 yens en pièce de 100), soit vous le posez dans la salle (sur les côtés, sous les passages surélevés, regardez ce que font les Japonais si vous ne savez pas quoi en faire). Aucun risque de vous le faire voler ! Enfin, le risque zéro n'existe pas. Mais, c'est d'une extrême rareté ! Pour les gros concerts, il vaut cependant mieux débourser quelques yens pour pouvoir profiter tranquillement de la prestation.


Nous n'avons pas parlé ici des festivals qui ont lieu au Japon, car ils ressemblent fortement à ceux que l'on peut faire en France. Prévoyez-juste un k-way si vous comptez aller au Fuji Rock Festival !

Quoiqu'il en soit, si jamais vous vous sentez un peu perdu, n'hésitez pas à demander, que ce soit au vendeur du Lawson ou à votre voisin en concert. Partagez une même passion favorisera la communication et l'entraide. (Si jamais vous êtes seul lors d'un concert et que vous souhaitez vous rendre à la buvette, demandez à la personne à côté de vous si elle peut éventuellement vous garder votre place !) De même, n'hésitez pas à observer ce que font les Japonais avant de vous lancer dans un pas de danse élaboré.

Dans tous les cas, si vous avez l'occasion d'aller au Japon, nous vous conseillons fortement de vous rendre à un concert. Vous allez peut-être avoir un peu de mal à vous procurer une place, mais tout ceci disparaîtra face à la joie de pouvoir enfin voir votre/vos groupe(s)/artiste(s) préféré(s) joué(s) chez lui/eux, alors qu'il(s) ne viendra(ont) peut-être – et même probablement jamais – en Europe. Les problèmes techniques sont quasiment inexistants, et vous découvrirez que les Japonais – surtout les Japonaises dans les concerts de visual – savent très bien se débrider et se donner à fond pour la musique qu'ils aiment.



Document sur le fonctionnement de la machine Loppi pour l'achat de tickets dans un Lawson.
Document recensant les salles de concerts les plus utlisées.
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités