Mini-concert au bar O.P.A.

live report - 05.04.2006 14:00

Tomoe Shinohara, Mini-concert au bar O.P.A.,

23H, j’entre dans le bar O.P.A. du quartier Bastille. Le lieu est déjà animé et assez rempli, avec un mélange d’habitués et de personnes venues simplement à l’occasion de la soirée TOKYO TOYS BOX. Plusieurs japonaises sont présentes et la répartition hommes/femmes est à peu près égale avec une moyenne d’âge de 25 ans. L’O.P.A. possède un environnement assez sympathique et s’étale sur deux étages qui possèdent tous deux un rétroprojecteur. La petite scène se trouve sur l’étage du bas. Des vidéos françaises de délires à la Jackass sont diffusées en boucle, avec un son saturé ce qui est vite pénible.
Après avoir effectué quelques tests, Tomoe Shinohara et DJ KAGAMI sont repartis plus tôt à leur hôtel afin de se préparer. Au fur et à mesure, la bar se remplit de plus en plus. Il devient difficile de s’y déplacer. Après un moment passé dans un café à attendre, Tomoe revient au bar et retrouvant son accolyte DJ KAGAMI.

Il est environ 1H du matin lorsque le précédent groupe français précédent le duo finit d'interpréter son rap assez spécial. Si vous vouliez voir des beaufs balancer des rimes machistes et puériles, c'était le bon soir pour vous. Bref, on passe vite dessus. Il y a eu fort heureusement mieux en cette soirée, ce qui se révéla avec les deux artistes du pays du Soleil Levant.

DJ KAGAMI se place derrière son matériel lançant un riff électro suivi peu après de l’arrivée de Tomoe sur scène. Et comme d’habitude, elle désire de suite créer une certaine ambiance aidée d’un appareil automatique pour faire des bulles qu’elle prêtera à quelques personnes au devant. Elle veut reconquérir son public et entame avec lui un petit échange de mots en français appris à l’occasion.

Côté son, DJ KAGAMI use de samples simples mais efficaces. Il reste très concentré et lève peu la tête, laissant l’idole japonaise gérer son show, ce qu’elle exécute à merveille. Le duo enchaîne les chansons funs et l’assistance y réagit bien, plus dans une ambiance de club. Diverses personnes prennent Tomoe Shinohara en photo pendant qu’elle chante. Dès qu’elle le remarque, elle pose comme pour un magazine avec des mimiques toujours délires et un grand sourire. Il fait alors de plus en plus chaud et à chaque appel de Tomoe, le public répond vraiment présent et se lâche de plus en plus.
Au niveau acoustique sur le devant de la scène, la voix de la chanteuse est malheureusement assez faible par rapport aux basses des sons électro, mais cela n’empêche aucunement de profiter du show et d’être dans une sacrée ambiance. Les musiques sont forts plaisantes et donnent de suite envie de bouger. L’essentiel ici est de se faire plaisir sans se prendre la tête et le contrat est amplement rempli.
A chaque pause entre les chansons, Tomoe reprend un dialogue avec le public avec des mélanges de mots de français et de japonais. Pendant les chansons par contre elle se moue et exécute diverses postures. Elle veut attirer l’œil de chacun sur elle, allant même jusqu’à rentrer dans la foule qui se serre de plus en plus à l’avant. Certains monteront même un peu sur scène à ses côtés avant de redescendre redirigés par la team japonaise.

Après sept chansons joyeuses comme tout (qui devraient donc être repris dans son prochain album), Tomoe annonce son départ, cela aura duré un peu plus de 40 minutes. Mais de suite beaucoup de personnes se précipitent sur elle afin d’obtenir une dédicace et une photo en sa compagnie, comme elle l’avait fait au bar Asian. Elle s’exécute avec joie et quelques minutes après, lorsque l’artiste qui suit (affublé d’un masque des plus spéciaux…) commence son live elle se retire tout simplement en disant au revoir aux personnes qu’elle croise.

Cette soirée bien que très (trop ?) confidentielle s’est déroulée sous les meilleurs hospices. Il faut souhaiter un public plus nombreux, une vraie salle de concert pour la prochaine fois, elle le mérite.
La musique de Tomoe a évolué, elle n’est pas qu’une simple chanteuse de jpop et tant mieux. Par contre, arrivera-t-elle à s’imposer en France de par son extrême originalité ? C’est tout le mal qu’on peut lui souhaiter mais ce ne sera pas forcément facile… Rendez-vous à la Fête de la Musique le 21 juin si tout se passe bien !
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités
  • SYNC NETWORK JAPAN
  • Chaotic Harmony
  • euroWH