Interview de BACK-ON à Anime USA

interview - 28.02.2014 06:00

Peu avant leur concert à Washington DC, JaME a pu s’entretenir avec les très festifs BACK-ON de leur séjour aux États-Unis et de leurs projets futurs.

Peu avant leur concert à Washington DC, JaME a pu s’entretenir avec les très festifs BACK-ON de leur séjour aux États-Unis et de leurs projets futurs.


Commençons par une brève présentation auprès de nos lecteurs.

Kenji03 : Je m’appelle Kenji03, je suis guitariste et chanteur.

Teeda : Je suis le MC Teeda.

Shu : Je suis Shu, à la guitare.

Gori : Je suis Gori, le bassiste.


Qu’avez-vous pensé de Washington DC jusqu’à présent ? Qu’avez-vous visité ?

Kenji03 : Il y a beaucoup de musées à DC, nous y sommes allés hier. Nous avons vu notamment le Musée d’Histoire Naturelle, ainsi que la Maison Blanche. Nous avons profité de notre jour de congé pour en apprendre plus sur l’histoire des États-Unis.


Est-ce que vous pensez aller au Zoo national de DC ?

Kenji03 : …OUI ! Je veux tellement y aller ! (rire général). Je n’arrivais pas à dormir hier, j’ai regardé “Animal Planet” toute la nuit.


Pouvez-vous partager avec nous l’anecdote la plus amusante à laquelle vous puissiez songer concernant la personne qui se trouve à votre gauche ?

(Les membres du groupe rient à la question, puis débattent ensemble des anecdotes les plus intéressantes.)

Kenji03 : C’est hier qu’a eu lieu la chose la plus drôle concernant Teeda. Il partageait sa chambre avec Gori, et il a beaucoup trop bu. Vous connaissez l’anime "Boxing Joe" ? C’est un classique des années 70/80. Il y a une scène où le personnage principal est assis, à l’article de la mort. Teeda était dans la même position. Gori lui a fait : "Tu devrais peut-être mettre quelque chose, tu es tout nu !". Teeda a acquiescé et s’est mis à enfiler son T-shirt par les jambes en pensant que c’était un pantalon.

Teeda : (en anglais) Je n’ai aucun souvenir de cette nuit. (rire général) Je me suis bien amusé cependant. Pour ce qui est de Kenji03, nous avions pris un taxi au Texas, et il y avait un thermomètre dans la voiture qui indiquait “temp”. Le chauffeur écoutait du hip hop, et Kenji03 s’est exclamé "Wow, cette voiture est trop classe, elle indique même le BPM (beat par minute) de la musique !" (rire général) Il pensait que cela indiquait le tempo, pas la température. (les rires redoublent)

Shu : Hum, à propos de Gori…C’est un type bien, je n’ai même pas d’histoires le concernant.

Gori : Voyons voir…Un soir, nous jouions à Osaka dans un restaurant, et juste après le show, Shu voulait aller aux toilettes. Je lui ai dit "C’est juste là-bas !". Je ne sais pas pourquoi, mais Shu est sorti dehors alors que les toilettes étaient à l’intérieur, et il n’est jamais revenu. (rires)


Vous avez fait beaucoup de génériques d’animes. Comment cela fonctionne-t-il, est-ce que c’est pareil que pour les autres chansons ?

Teeda : Généralement nous recevons une offre d’une société de production d’animes, ou bien il y a une compétition et quand l’anime sort, ils cherchent une chanson pour le générique. Dans ce cas-là, un certain nombre de groupes envoient leur demo et ils choisissent à partir de là. Quand il y a un anime que nous aimons beaucoup, comme "Gundam" dont nous faisons le générique prochainement, nous regardons l’anime et nous composons la musique en même temps. C’est à peu près le même principe pour les chansons normales, nous créons la musique à partir d’une image de base.


Est-ce que vous pouvez justement nous en dire plus sur le générique de "Gundam" qui sortira en novembre ?

Teeda : Nous avons été extrêmement heureux de recevoir une offre pour cet anime, nous voulions le faire depuis un bon moment. C’était un de nos rêves. Tout s’est très bien déroulé, nous avions déjà une image en tête. Il y a deux personnages principaux, et le message que l’anime souhaite faire passer, c’est que si une personne ne peut pas y arriver seule, à plusieurs il est possible de surpasser les difficultés. C’est aussi l’image que nous avons essayé d’exprimer dans les paroles.


C’est formidable, félicitations !

Teeda : Merci beaucoup !


Teeda, vous nous disiez en 2007 que vous aviez appris l’anglais grâce à des amis de la famille. Nous avons remarqué que vous incorporiez beaucoup d’anglais, et même de l’argot, dans les titres de chansons et les paroles. Quelle signification donnez-vous à ça ? Comment choisissez-vous quelles parties seront en anglais et lesquelles seront en japonais, et quel impact cela a-t-il sur la chanson selon vous ?

Teeda : Je ne suis pas très bon en compréhension orale, je suis meilleur à l'écrit et au chant pour m’exprimer. J’utilise ou non de l’argot selon le sérieux de la chanson. Si c’est une musique de générique, j’emploierais un anglais simple qu’un lycéen japonais peut comprendre. Si c’est une chanson de club, j’utiliserais de l’argot ou des blagues grivoises. Ça dépend vraiment du type de chanson. Si on utilise de l’anglais, c’est parce que nous avons l’occasion de jouer aux États-Unis et que nous adorons ça, et parce que nous voulons que nos fans du monde entier puissent comprendre à propos de quoi nous chantons. Si tout était en japonais, nos fans se demanderaient certainement de quoi cela parle, mais avec un peu d’anglais les gens peuvent se faire une meilleure idée.


Comment avez-vous décidé de la collaboration avec Emyli et Kailis d’OVERDOSE sur votre titre Come On and Let’s Go ?

Teeda : Kenji03 est moitié Taïwanais et il a toujours été ami avec Kailis. Ils parlaient de faire une chanson ensemble depuis un bon moment, on a donc décidé que Kailis participerait au rap sur un de nos titres. Pour ce qui est d’Emyli, elle adore le rock, alors je l’ai poussée à faire quelque chose avec nous, et je l’ai encouragée à rapper. Kailis s’est occupé du chinois et de l’anglais, moi de l’anglais, Kenji03 du japonais et Emyli de l’anglais aussi. C’était une approche très internationale, ce que nous avions toujours voulu faire, et nous sommes vraiment satisfaits du résultat.


Votre son a beaucoup évolué ces dernières années, vous avez ajouté de l’electro et de la dance. Est-ce que nous pouvons nous attendre à davantage de cela dans les prochaines sorties ?

Teeda : Humm…

Kenji03 : Nous n’avons pas encore décidé si nous poursuivrons dans cette direction. Nous sommes toujours en roue libre, et c’était seulement la façon dont nous souhaitions nous exprimer dernièrement. Peut-être que dans deux ou trois ans nous voudrons nous recentrer sur le rock. Nous sommes en constante évolution.


Quel a été votre plus grand challenge cette année ? Musicalement ou professionnellement.

(Teeda se penche en avant jusqu’à s’appuyer sur la table, tout à sa réflexion. Chacun se tait, plongé dans ses pensées.)

Teeda : Les chansons des génériques de “Gundam” et “One Piece” étaient de gros défis, mais très stimulants. À un moment, nous avions neuf versions de la piste demo sur laquelle nous travaillions, sans savoir sur laquelle se décider. C’était un choix difficile et nous avions peur de ne finalement pas obtenir l’opportunité. Heureusement tout s’est bien résolu.


Il y a quelques années, la scène musicale japonaise était très vivante aux États-Unis et en Europe, mais dernièrement il semblerait que l’attention se soit tournée vers la pop coréenne. Quelle est votre opinion là-dessus, et pensez-vous que le Japon planifie de faire son retour ?

Kenji03 : La K-pop est très populaire au Japon également ; je ne vois pas la chose négativement. Gloire à la K-pop ! J’y puise de l’inspiration, et nous venons tous du continent asiatique. Par-dessus tout, j’aimerais que la musique venue d’Asie soit davantage reconnue aux États-Unis. Je me suis fait la même réflexion pour Come On and Let’s Go. Tout ce que nous voulons, c’est une coopération internationale.


Vous avez des clips et des couvertures de CD très originaux. D’où tirez-vous cette inspiration ?

Kenji03 : Pour ce qui est des pochettes de CD, nous travaillons avec un directeur artistique en qui nous avons toute confiance. Lorsque nous avons fini la musique, il se penche dessus et nous propose des idées.

Teeda : Pour ce qui est des clips vidéos, j’essaie toujours de rendre les choses un peu intéressantes. Notre image ressemble à celle des Beastie Boys, celle de fêtards un peu dingues. C’est un peu l’image que nous avons donné avec la vidéo de Ice Cream. Nous aimerions bien faire une vidéo dingue pour une chanson sérieuse aussi cela dit. En fait, nous voulons juste essayer plein de choses différentes dans le futur.


Si vous pouviez retourner dans le temps et vous y entretenir avec vous-même, y a-t-il quelque chose à propos du futur que vous auriez aimé connaître aux débuts de BACK-ON ?

Kenji03 : Travaille ton anglais pour pouvoir te faire plus de filles ! Maintenant je le sais, mais j’aurais aimé le comprendre mieux à l’époque.

Teeda : Dans notre groupe, je ne sais pas pourquoi, les batteurs partent toujours. Alors je dirais au moi d’avant : prends soin d’avoir un bon stock de batteurs de côté ! (rires)

Gori : Je me dirais de continuer sur cette lancée. Je prends beaucoup de plaisir et je n’ai aucun regret.


Si vous ne pouviez plus jamais jouer de musique et que vous deviez choisir une autre profession, laquelle serait-ce ?

Kenji03 : J’adore les vêtements, donc j’aimerais beaucoup être designer.

Teeda : (en anglais) Peut-être que je serais une porn star. (rire général)

Shu : Ma famille a une quinquaillerie, alors je pense que j’hériterais du business et que je vendrais des perçeuses et des outils.

Gori : Je serais programmeur informatique.

Oh, c’est ce qu’il fait ! (En désignant l’interviewer Aaron)

Gori : J’imagine que je ferais mieux de commencer à faire mon lèche-bottes alors ! (rire général)


Et pour finir, pouvez-vous donner à nos lecteurs un conseil ? (Ici, une erreur du traducteur entre ‘parting advice’, un conseil au moment de se séparer, et ‘party advice’, un conseil pour faire la fête, a changé le sens initial de la question et conduit le groupe à partager ses recommandations pour une bonne soirée).

Shu : Si au cours d’une soirée tu en es à ta limite pour ce qui est de boire et que des gens te poussent davantage, ne refuse pas. Continue à boire !

Gori : Essaie d’évaluer l’atmosphère de la soirée et adaptes-y toi.

Teeda : (en anglais) Ne pense pas au lendemain.

Kenji03 : Si tu peux jeter ton portable par la fenêtre, tu pourras t’amuser.


JaME adresse ses remerciements à Anime USA et au management de BACK-ON pour cette interview.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités