Interview avec Aoi

interview - 27.06.2008 08:00

Voici un entretien avec Aoi où il nous parle de son prochain album, de sa carrière solo ainsi que de son groupe, BOUNTY. Mais aussi de son futur concert en France.

Pouvez vous vous présenter ?
Aoi : Je suis Aoi. Je suis actif en tant que chanteur solo, mais aussi en tant que membre de BOUNTY.


Vous faites parti du groupe BOUNTY depuis mars 2007. Comment avez-vous rencontré KAZUYA (ex. FANATIC◇CRISIS) ?
Aoi : KAZUYA était dans la même agence de management que moi, et quand j’exerçais en tant qu’artiste solo, quelqu’un m’a dit : "Pourquoi tu ne travailles pas avec KAZUYA ?", je l’ai donc rencontré, et j’ai décidé de travailler avec lui.


Vous l’avez rencontré il y a un an ?
Aoi : Oui, c’était en mars de l’année dernière.


Vous avez immédiatement voulu travailler avec lui ?
Aoi : Je ne suis pas sûr qu’on a directement eu envie de travailler ensemble, je ne connaissais pas ce qu’il faisait ni les chansons du groupe FANATIC◇CRISIS dont il faisait parti, donc quand je l’ai rencontré, j’ai écouté les chansons que KAZUYA avait fait pour d’autres artistes, et j’ai imaginé comment il serait.


Aoi, vous avez toujours été un chanteur ?
Aoi : Oui, toujours en solo.


Comment a évolué votre relation quand vous avez dû travailler en studio ?
Aoi : Nous ne disions jamais des choses comme "faisons ça" ou "faut qu’on fasse ça". En général nos sentiments envers la musique se rejoignaient très bien. Pour faire nos chansons, dans notre cas, KAZUYA composait la majorité des chansons et j’y mettais les paroles. Nous nous connaissons assez pour savoir ce que nous voulons tout les deux. Donc, nous n’expliquons pas des choses comme "j’aimerais le faire comme ça", ou "s’il te plaît fait ça car j’ai envie de le faire comme ça".


Et est-ce que KAZUYA aimait les paroles que vous avez faites après avoir eu ses demo tapes ?
Aoi : Oui. Il a souvent dit qu’elles étaient assez bonnes.


Vous travaillez tout les deux ensemble en studio ?
Aoi : Oui. Et avec Tohru qui était un membre de FANATIC◇CRISIS et qui arrangeait mon travail solo. Nous travaillons surtout à trois.


Votre travail solo contient des éléments de musique gothique, qu’est-ce qui vous a poussé a adopté ces influences dans votre carrière solo ?
Aoi : Hé bien je n’ai pas vraiment conscience d'avoir pris la décision de faire ça. C’est juste que les éléments que j’aimais et que je voulais montrer étaient gothiques.


Dans votre carrière solo, vous avez écrit paroles et musique, n’est-ce pas ? Y a-t-il une différence entre jouer avec KAZUYA en tant que groupe et vos activités solo ?
Aoi : Je ne suis pas vraiment conscient de la différence entre BOUNTY et ma carrière solo, mais BOUNTY est ce qui est né que j’ai travaillé avec KAZUYA, donc c’est un mélange de nos sentiments et nos caractères. Quand je suis en solo, c’est seulement les miens, je pense.


Quand vous faites des chansons pour votre travail solo, vous commencez par la mélodie, ou par les accords de guitare ? Ou bien vous faites les paroles en premier ?
Aoi : Quand je travaille seul, je fais des chansons de vraiment n’ importe où. Par exemple, si les paroles arrivent en premier je peux les écrire vraiment rapidement, ou bien si une mélodie me vient en tête je commence par cela, donc je ne commence pas toujours de la même façon. Il n’y a pas d’ordre, donc je commence les chansons comme j’en ai envie.


Vous composez en utilisant une guitare ou un piano ?
Aoi : Cela dépend des fois.


Quand vous assemblez vos paroles, trouvez-vous que vous prenez inspiration du monde qui vous entoure, ou êtes-vous influencé par des questions de votre vie ?
Aoi : Je n’ai pas l’impression d’être inspiré par quelque chose, j’ai plus l’impression qu’elles viennent à moi. C’est un peu comme si elles venaient soudainement à moi quand je pense à n’importe quoi. Avec les paroles, c’est comme ça pour moi. Je compose en commençant de là où je veux, mais je pense que l’endroit où je commence viens naturellement... c’est compliqué. Je n’ai pas l’impression d’être inspiré par des choses en particulier.


Quand vous regardez la télé, est-ce que les problèmes sociaux que vous voyez vous stimulent pour écrire votre colère contre la société ou bien votre colère est-elle basée sur des expériences personnelles ? Vos images sont-elles vagues ? Ou vous imagninez vous des photos ?
Aoi : Oui j’imagine des photos et des images. L’image de la chanson est aussi son caractère et ses sentiments, je pense, mais je les imagine souvent.


Quand avez-vous ce genre d’images ? C’est quand vous ne faites rien et que vous vous relaxez ?
Aoi : Quand les images me passent par la tête ou viennent à moi, j’ai vraiment l’impression qu’elles pénètrent en moi. Vous pouvez pensez que c’est étrange mais tout ce que je pense bien ne sert pas tout le temps, car nous ne pouvons pas tout retenir, même si je pense que c’est bien sur le moment. Il m’arrive souvent de penser à de bonnes images et de les oublier.


Beaucoup de personnes utilisent leur téléphone portables pour les enregistrer
Aoi : Je n’aime pas vraiment ça. Si je les oublie, je pense que c’est leur destin d’être perdues. Et si j’y repense plus tard, je pense que c’est aussi le destin qui m’a fait les retrouver de nouveau. C’est comme ça que je fais.


Donc ce n’est pas "Je commence à composer à partir de maintenant" ?
Aoi : Il m’arrive aussi de faire comme ça. Je peux parfois le faire lorsque que j’essaye de le faire.


Vous avez annoncé la sortie de votre premier album pour le 25 juin. Combien de temps environ avez-vous travaillé sur cet album ?
Aoi : Les dates ou les chansons de Veil sont nées sont toutes différentes, car j’ai fait l’album à partir d’une collection que j’avais gardée.


Vous voulez dire qu’il y a des vieilles et de nouvelles chansons ?
Aoi : Oui. Il y a Alone et GHOST IN THE SHELL dans Veil, qui ont été faites il y a longtemps, je les ai même déjà jouées en live avec BOUNTY. Quand j’allais faire un live pour ma carrière solo, j’ai pensé qu'elles allaient mieux à ma carrière solo donc je les ai associées à mon travail solo.


Donc vous ne pouvez pas facilement dire combien de temps vous avez travaillé dessus ?
Aoi : Non, je ne peux pas.


Depuis combien de temps avez-vous décidé de sortir un album solo ? Avez-vous travaillé au même moment sur vos activités solos et vos activités dans BOUNTY ?
Aoi : Oui, j’ai fait les deux en même temps, mais j’ai sorti mon premier single VISION en décembre de l’année dernière en premier, ensuite BOUNTY a sorti son single limité sur internet le 14 février de cette année, donc j’ai plus travaillé de façon alternée que simultanée.


Quel était pour vous le plus gros challenge dans l’enregistrement de Veil ?
Aoi : C’est le fait de "mettre mon âme dedans". Je sais qu'en réalité ce n’est pas comme du vrai sang et de la vraie chair, mais j’ai l’image que chaque chanson est une histoire, et qu’elles se connectent l’une après l’autre puis se recouvrent d’un voile (note : Veil signifie voile en anglais). J’ai juste voulu bien sortir le caractère de chaque chanson.


Vous avez aussi fait les choix artistiques pour la couverture des CD
Aoi : Je fais cela pour mon travail solo et avec BOUNTY.


D'où viens l’image de EDEN?
Aoi : L’image de cette chanson est qu’un homme et une femme ne peuvent pas s'empêcher de s'aimer même s'ils savent que cela mènera à la ruine… J’ai donc pensé à un EDEN enfermé dans une bouteille. L’image est comme un lieu où ils ne peuvent pas s’aimer normalement. Et dedans, ils cachent leur sentiments dans leur esprit et c’est là leur EDEN. L’amour réciproque est un bonheur et ils se sentent comme au paradis…… j’ai voulu exprimé ça.


Avez-vous beaucoup parlé au designer qui a fait la jacquette du CD EDEN ?
Aoi : Oui, à l’origine je voulais une image assez clair de l’EDEN mis dans une bouteille, donc nous avons beaucoup parlé de comment l’EDEN serait, une île ou un paradis, ou un royaume des fées qui pourrait être exprimé par des objets.


Avez-vous aussi fait le design pour le prochain album Veil ? Quel genre d’image avez-vous utilisé ?
Aoi : C’est comme une histoire qui est frappé sous un voile. Je me sens dans cette image aussi. J’ai sorti Veil en tant que mon premier album, mais qui n’est pas mon tout, car je veux exprimer des choses variées sous une forme différente à partir de maintenant, donc je continue à faire des chansons, donc cela signifie, "soulevez mon voile et jetez-moi un coup d’oeil".


En comparaison à votre travail solo, la musique de BOUNTY paraît se concentrer sur des influences soft/hard rock. Avez-vous opté pour une approche plus gothique sur votre carrière solo pour vous séparer du groupe, ou le style gothique est juste une approche ou vous vous sentez plus à l’aise ?
Aoi : BOUNTY à sorti l’album Tribal, dans lequel j’ai écrit presque toutes les paroles et où KAZUYA a composé les chansons, donc nous avons travaillé ensemble dessus. J’ai juste dessiné les sentiments que j’avais en écoutant la chanson, donc c’est simplement ce qui est sorti de notre coopération, c’est pour cela que c’est différent de ce que j’ai fait dans mes activités solo, je pense. Cela a pu être fait juste par notre travail de coopération. Pendant que nous faisions l’album Tribal de BOUNTY, j’ai pris connaissance de certains aspects de ma personnalité que je ne connaissais pas.


En tant que relativement nouvel artiste dans l’industrie, quel est pour vous l’aspect le plus important pour être un musicien à succès ?
Aoi : J’ai toujours pensé que je voulais être "plat". Si je persévère dans quelque chose tout le temps, je n’ai pas d’autres choix que de m’y faire, dans le bon comme dans le mauvais sens. Je veux exprimer ce que j’ai envie et le former proprement. Si je peux le montrer à beaucoup de gens, et que c’est accepté, c’est un succès, je pense.


Vous voulez dire que votre expression ne ce fait pas uniquement par la musique mais aussi artistiquement ?
Aoi : Oui. Mais je pense que les personnes comme les artistes ne font pas des choses pour avoir de bonne critiques des autres. Par exemple, un céramiste casse ce qu’il a fait s’il n’aime pas. Mon sentiment est comme ça. Je veux être "plat" tout le temps et je veux que les gens voient ce que je pense être bien. Si cela rassemble à beaucoup de gens, et que mon travail est bon, c’est bien, je pense.


A quel genre de personne voulez vous envoyer votre travail?
Aoi : je pense que ce serait des gens de toute la planète. Avant, j’ai vu une émission à la télé où un homme travaillant dans un zoo a dit : "Je veux juste faire en sorte que les animaux dont je m’occupe soient heureux". Ces mots pour dire qu’il ne pouvait pas protéger les animaux de toute la planète, mais qu’il voulait au moins que tous les animaux autour de lui soient heureux, c'est resté dans ma mémoire. Je sens vraiment que, même si je veux marquer l’esprit d'un maximum de gens, je sais que c’est impossible de marquer tous les gens du monde. Je suis content s'il y a des gens qui écoutent ma musique et deviennent heureux et joyeux grâce à elle.


Avez-vous un "truc" que vous voulez tenter à partir de maintenant ?
Aoi : J’écoute de la musique variée, et j’avais pensé à faire un album où je prendrais des éléments de plusieurs styles de musique venant de partout dans le monde.


Quel genre de musique écoutez-vous ?
Aoi : Beaucoup, je ne pourrais pas les énumérer. Cela inclurait ragtime, kecak qui est un son composé uniquement de bruit, etc. Si j’étais né dans ces pays d’où ces musiques viennent j’aurais pu faire quelque chose de vraiment global...


Vous écoutez une grande variété de musique. Vous y réfléchissez dans votre travail ?
Aoi : Je ne suis pas sûr. Comme je l’ai dit avant, les chansons me viennent juste à moi, donc si mon travail reflète la musique que j’écoute ce n’est pas quelque chose dont je suis conscient ou que je sais.


Malgré que vous n’avez réalisé votre premier single seulement en décembre 2007, vous avez déjà prévu de venir faire un concert en France. Comment vous sentez vous d’avoir accompli cela ?
Aoi : C’est la première fois que je fais un concert à l’étranger, à la Japan Expo. Je ne suis pas vraiment conscient du fait que je vais jouer en France ou quelque chose comme ça, et je me sens comme une envie de devenir "plat". Je me sens comme si le lieu où on donnait le message aux gens n’avait pas d’importance, donc je veux apprécier ce moment live ensemble.


Avez-vous des attentes concernant le concert et y a-t-il quelque chose que vous aimeriez offrir au public européen ?
Aoi : Il y a beaucoup de chose, comme la culture etc. Mais pour apprécier quelque chose il faut avoir un point commun entre tout les pays. Je ne demande rien, je veux juste apprécier ce moment ensemble. J’aimerais que le public reçoive mon message.


Si votre visite en France s’avère être un succès, y a-t-il une possibilité que vous reveniez faire une tournée en Europe ?
Aoi : J’ai vraiment envie d’y venir encore. En France, bien sûr, j’ai envie d’aller dans différents endroits, dont j’ai vraiment envie de revenir.


Pensez vous que quelque chose changera pour vous ?
Aoi : Je le pense. C’est vraiment une magnifique opportunité de voir devant moi ce que je n’ai vu que dans les livres. Les gens qui vivent là bas doivent penser que c’est leur vie de tous les jours, et quand les personnes qui vivent en France ou en Europe vont au Japon, ils pensent la même chose que moi. Je pense juste que c’est vraiment stimulant.


Donnez un message aux lecteurs de JaME s’il vous plait
Aoi : Cela n’a pas mis longtemps à Aoi pour venir dans votre monde, et les souvenirs que nous aurons ensemble et le temps que nous passerons ensemble ne seront pas long, mais j’ai envie de partager nos sentiments et d’avoir plein de souvenirs avec vous. Je serais vraiment très heureux si mon travail vous touchait, quelle qu’en soit la façon.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
themes liés

Japan Expo 2008

publicités